2 min de lecture Armée

Défense : la France tire son premier missile de croisière depuis un sous-marin

Un essai de tire de missile MdCN a été effectué depuis le sous-marin nucléaire d'attaque Suffren, ce qui fait entrer la France dans un cercle fermé de puissances mondiales.

Le sous-marin Suffren
Le sous-marin Suffren Crédit : CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
et AFP

Les forces militaires françaises sont entrées dans un cercle très fermé ce mardi 20 octobre, avec un essai de tir de missile de croisière depuis un sous-marin. En effet, le ministère des Armées explique que l'exercice mené permet à la France de se doter d'une force de frappe précieuse, et déjà maîtrisée par d'autres grandes puissances mondiales. 

Le Suffren - nouvelle génération de sous-marins nucléaires d'attaque (classe Barracuda) - a "réalisé avec succès" ce tir d'essai de Missile de croisière naval (MdCN) au large de Biscarrosse (Sud-Ouest), a précisé dans un communiqué le ministère.

"Ce succès confère une nouvelle capacité stratégique à notre Marine et la place parmi les meilleures au monde", s'est félicitée la ministre des Armées Florence Parly.

"Les forces sous-marines françaises pouvaient jusqu'à présent frapper des sous-marins et des navires de surface. Elles peuvent désormais détruire des infrastructures terrestres lourdes, à longue distance", a-t-elle ajouté.

Faire planer la menace d'une frappe depuis la mer

À lire aussi
Un utilisateur consulte une application sur son smartphone (illustration) justice
Une application de prière musulmane soupçonnée d’avoir renseigné l’armée américaine

Cette capacité d'action est cruciale dans le combat, comme l'avaient montré dès 1991 les États-Unis lors de la première guerre du Golfe, avec les célèbres missiles Tomahawk. Les MdCN français ont une portée de mille kilomètres, et peuvent frapper des cibles "dans la profondeur" du territoire ennemi. Les centres politiques, les radars, les PC anti-aériens ou radars peuvent ainsi être touchés. 

Le MdCN est complémentaire du missile de croisière aéroporté et équipait jusqu'alors les frégates multimissions FREMM. "Sa capacité de mise en oeuvre depuis un sous-marin permet de faire peser sur l'adversaire la menace constante et indétectée d'une frappe depuis la mer", a souligné le ministère des Armées.

Le Suffren est le premier d'une série de six nouveaux sous-marins nucléaires d'attaque (SNA) -c'est-à-dire à propulsion nucléaire - plus discrets et plus lourdement armés. Sa livraison à la Marine nationale est prévue d'ici la fin de l'année 2020, avant son admission au service actif en 2021.

Les Barracuda visent à remplacer les six sous-marins de classe Rubis entrés en service à partir du début des années 1980.

La mission du SNA consiste à protéger porte-avions et sous-marins lanceurs d'engins (SNLE) porteurs de missiles nucléaires, à traquer les sous-marins ennemis et à recueillir du renseignement. S'y ajoutent la frappe de cibles terrestres et le déploiement de forces spéciales.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Armée Missile Défense
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants