1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Cyberterrorisme : une "plateforme de bonne conduite" entre le gouvernement et les opérateurs internet
2 min de lecture

Cyberterrorisme : une "plateforme de bonne conduite" entre le gouvernement et les opérateurs internet

Le gouvernement a signé mercredi une "plateforme de bonne conduite" avec les opérateurs du Net afin de lutter contre le cyberterrorisme prévoyant notamment un "retrait plus rapide" des sites jihadistes.

Illustration d'un ordinateur
Illustration d'un ordinateur
Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
Claire Gaveau & AFP

Face à la multiplication des sites accusés de faire l'apologie du terrorisme, le gouvernement a décidé d'agir. Une réunion s'est tenue place Beauvau pour déterminer une "méthode d'action commune" entre les opérateurs et les services de renseignement ou de police judiciaire français. Elle fait suite, a dit l'Intérieur dans un communiqué, au déplacement du ministre le 21 février dernier dans la Silicon Valley, aux États-Unis, qui avait réuni les grands opérateurs. 
Google, Facebook, Microsoft, Apple et Twitter ainsi que l'Association française des fournisseurs d'accès et de services Internet (AFA) ont participé mercredi à la réunion parisienne, a indiqué le ministère de l'Intérieur. "Une plateforme de bonnes pratiques dans la lutte contre la propagande terroriste sur le Net (...) a été actée", selon le ministère. Elle prévoit notamment "la création d'un label permettant le retrait plus rapide des contenus illicites sur internet". 

Création d'un groupe de contact

"Les services de l'État pourront ainsi mieux hiérarchiser et organiser leurs demandes de retrait", a précisé Beauvau, "tandis que le traitement de celles-ci par les opérateurs sera simplifié". Sont également prévus le "renforcement de la formation destinée aux policiers et aux gendarmes sur ces questions" et la "création d'un groupe de contact permanent" ministère/opérateurs afin de "permettre une réactivité opérationnelle". Il sera animé par le préfet Jean-Yves Latournerie, le "monsieur Cybersécurité de Beauvau".

Les terroristes n'ont pas leur place sur Facebook

Porte-parole de Facebook

"Les terroristes n'ont pas leur place sur Facebook", a réagi auprès de l'AFP un porte-parole du célèbre réseau social. "Nous ne permettons pas à ce type de groupe, ni à ceux qui les soutiennent, d'être présents sur notre service". "En tant qu'acteur responsable et engagé, Facebook a entamé un dialogue depuis de nombreux mois avec le ministère de l'Intérieur sur ce sujet", a-t-il ajouté. "Facebook soutient cette initiative qui renforce la coopération en matière de lutte contre le terrorisme". 

Sa puissance est aussi trop souvent mise à profit par les partisans de la haine et de l'intolérance

Communiqué de l'Intérieur

Si l'Intérieur reconnaît qu'Internet est "une formidable révolution, source de libération pour le débat public dans bien des pays", le ministère a décrié sa puissance. "Sa "puissance est aussi trop souvent mise à profit par les partisans de la haine et de l'intolérance, prônant le recours à l'action violente", a-t-il ajouté. Il a ainsi rappelé la récente cyberattaque contre la chaîne internationale francophone TV5 Monde

À lire aussi

L'accès à cinq sites internet jihadistes avait été bloqué pour la première fois par le ministère de l'Intérieur le 16 mars. D'autres blocages sont intervenus depuis, selon lui. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue s