2 min de lecture Solidarité

Coronavirus : Emmaüs lance pour la première fois en 70 ans un appel aux dons

INVITÉ RTL - Mis à mal par la crise du coronavirus, Emmaüs, fondé par l'Abbé Pierre, appelle aux dons pour la première fois de son histoire. Le délégué général d’Emmaüs France Jean-François Maruszyczak fait part de son inquiétude.

>
Coronavirus : la Fondation Abbé Pierre lance pour la première fois un appel aux dons Crédit Image : SIPA | Crédit Média : Agnès Bonfillon | Durée : | Date :
Agnès Bonfillon
Agnès Bonfillon et Sarah Belien

"Toi qui souffres, qui que tu sois, entre, dors, mange, reprends espoir. Ici, on t’aime." L’hiver 1954, l’Abbé Pierre appelait les Français à se mobiliser pour aider les plus démunis. En 70 ans d’existence, Emmaüs, fondé par le célèbre prêtre, n’a jamais demandé d’argent pour fonctionner. Mais comme de nombreuses associations, Emmaüs n'est pas épargné par la crise du coronavirus.


Les dons peuvent se faire directement sur le site, emmaus-france.org. "Depuis l’appel de 1954, jamais il n’y a jamais eu d’appel à la générosité du public. La situation nécessite que cela se passe ainsi. Aujourd’hui, on ne sait pas si Emmaüs, avec cette crise du Covid 19, pourra encore subsister demain et subvenir à ses propres besoins et à l’accueil des 20.000 personnes dans l’année qu’il a en France," déplore Jean-François Maruszyczak.

Le délégué général d’Emmaüs France met en avant le caractère singulier du mouvement Emmaüs qui permet à des personnes en difficulté de se "reconstruire par le travail. "Cette reconstruction passe par ce que le fondateur Abbé Pierre nous a donné : le ramassage, la collecte d’objets, la réparation, la revalorisation et la revente. Et ça depuis le 17 mars, tout est arrêté," explique Jean-François Maruszyczak.

Une perte estimée de 30 à 45 millions d'euros

Par cet appel aux dons exceptionnel, le délégué général d'Emmaüs France souhaite réussir à récolter 5 millions d'euros "pour pouvoir passer le cap sur les trésoreries et sur ce qui permettra de continuer à accueillir les personnes dans les centres Emmaüs au quotidien."

À lire aussi
Sophie Cluzel, invitée de RTL le 4 juin 2018. handicap
Handicap : On doit "accepter la différence", affirme Sophie Cluzel sur RTL

Mais cette somme est loin de couvrir la perte que va connaître la fondation. "Sur deux à trois mois, ça peut atteindre une somme de 30 à 45 millions d’euros. Donc je ne vais pas attendre des Français cette somme-là mais au moins de quoi pouvoir assumer le quotidien des personnes qui sont encore chez nous," déclare Jean-François Maruszyczak. Lequel ne cache pas son inquiétude de voir la fondation disparaître. "Cela n'est pas possible." 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Solidarité Coronavirus Confinement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants