1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Coronavirus : des clusters découverts dans deux prisons proches de Lyon
1 min de lecture

Coronavirus : des clusters découverts dans deux prisons proches de Lyon

Les centres pénitentiaires concernés sont ceux de Saint-Quentin-Fallavier avec 54 cas positifs et de Lyon-Corbas, où 58 cas ont été décelés.

Deux surveillants dans une prison, en France (illustration)
Deux surveillants dans une prison, en France (illustration)
Crédit : JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Florine Boukhelifa & AFP

"Il n'y a aucun cas grave pour l'instant", a souligné une porte-parole de la Direction interrégionale des services pénitentiaires (DISP) en Auvergne-Rhône-Alpes. Deux foyers épidémiques ont été dépistés dans des prisons proches de Lyon, a-t-on appris lundi 13 septembre. "Les cas positifs ont été isolés et tout a été revu pour limiter les contacts, avec l'installation d'hygiaphones dans les parloirs et l'arrêt des activités de groupe, à l'exception du sport qui est pratiqué en extérieur", a précisé la même source.

Au centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier (Isère), 40 cas positifs sur 264 détenus à la maison d'arrêt, et 14 cas sur 167 au centre de détention, ont été recensés au cours d'une campagne de dépistage menée vendredi par l'Agence régionale de santé (ARS) auprès de la population carcérale. 167 détenus avaient reçu deux doses de vaccin contre le coronavirus au 31 août et 45 avaient reçu une première injection, ajoute l'administration pénitentiaire.

Jeudi, un autre cluster avait été déclaré dans la région, à Lyon-Corbas, avec 51 cas positifs sur 200 détenus à la maison d'arrêt des hommes, 7 cas sur 65 chez les femmes et un cas parmi les agents, selon la DISP.

Le syndicat du personnel UFAP-UNSA a déploré dans un communiqué que "côté personnel pénitentiaire, aucun dépistage n'(avait) été réalisé" et "aucune note d'information" ne leur avait été diffusée. "Plusieurs fonctionnaires testés en extérieur se sont déclarés positifs, deux cas positifs également chez le partenaire privé Sodexo", affirme également le syndicat, dénonçant un "ras-le-bol généralisé".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/