1 min de lecture Confinement

Coronavirus : comment la pandémie bouleverse nos habitudes vestimentaires

Avec le télétravail, beaucoup ont préféré le jogging et le sweat shirt aux tailleurs et costume cravate. Alors les boutiques s'adaptent à ces nouvelles pratiques.

Christophe Pacaud RTL Petit Matin Week-end Christophe Pacaud iTunes RSS
>
Coronavirus : comment la pandémie bouleverse nos habitudes vestimentaires Crédit Image : Photo de Vlada Karpovich provenant de Pexels | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission

C'est un constat directement lié à la pandémie du coronavirus : nos habitudes vestimentaires sont bouleversées. Avec le télétravail, beaucoup ont préféré le jogging et le sweat-shirt aux tailleurs et costume cravate donc les boutiques s'adaptent à ces nouvelles pratiques.

À New York par exemple, où 60% des cadres et des employés de bureau travaillent de chez eux, les tailleurs sont relégués au fond des magasins, bien après les pulls en cachemire ou les cols roulés. Un choix payant, comme l'explique Renée, responsable de boutique : "Les gens achètent surtout pour rester chez eux en ce moment. Nos jeans restent en rayon, les femmes préfèrent nos tenues de gym décontractées avec des pantalons confortables qui se nouent à la taille".

Les ventes de marques formelles ont chuté de 35% à New York tandis que celles des marques décontractées ont augmenté d'autant. Au grand magasin Bloomingdale's, Marianne, vendeuse au prêt à porter féminin, a même vu une nouvelle tendance : "Peut-être pas toutes les marques mais de nombreuses marques incorporent à leurs collections des vêtements d'intérieur pour rester pertinentes pendant la crise sanitaire".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Confinement États-Unis Épidémie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants