1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Coronavirus : approche-t-on vraiment du pic de la 2e vague, comme l'indique Gabriel Attal ?
2 min de lecture

Coronavirus : approche-t-on vraiment du pic de la 2e vague, comme l'indique Gabriel Attal ?

ÉCLAIRAGE - Alors que la cinquième vague de l'épidémie de Covid-19 continue de frapper la France, Gabriel Attal a déclaré que le pic de la deuxième vague allait bientôt être atteint. Mais la situation épidémique est-elle semblable à celle connue il y a plus d'un an ? Retour sur les chiffres d'octobre et novembre 2020.

Des infirmières s’occupent d’un patient Covid-19 sous assistance respiratoire dans l’unité de soins intensifs de l’hôpital privé à Antony, le 2 avril 2021. (Illustration)
Des infirmières s’occupent d’un patient Covid-19 sous assistance respiratoire dans l’unité de soins intensifs de l’hôpital privé à Antony, le 2 avril 2021. (Illustration)
Crédit : CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Théo Putavy

"On a dépassé le pic de la quatrième vague, de la troisième vague et on approche du pic de la deuxième vague qu'on avait connue il y a un an". Ce vendredi 10 décembre sur RTL, le porte-parole du gouvernement est revenu sur l'évolution inquiétante de l'épidémie de coronavirus.

Pour établir sa comparaison avec les autres vagues de contaminations, Gabriel Attal s'est appuyé sur le taux d'incidence, c'est-à-dire le nombre de personnes positives à la Covid-19 pour 100.000 habitants. Il n'a pas tort. Le 6 décembre dernier, le taux d'incidence grimpait à 470. Au plus fort de la deuxième vague, le 31 octobre 2020, il avait atteint 500 cas pour 100.000 habitants.

Idem pour le nombre de contaminations. Santé publique France indique que 56.864 nouveaux cas ont été confirmés au 9 décembre 2021. C'est déjà plus que les 48.079 cas recensés le 30 octobre 2020. 

Or, précisons que deux fois plus de tests sont réalisés lors de cette cinquième vague que lors de la deuxième vague (environ 750.000 contre 310.000 quotidiennement). Cela a donc une influence directe sur le taux de positivité. Il était de 6% le 6 décembre 2021 alors qu'il approchait des 15,6% le 29 octobre 2020. 

Encore bien loin des chiffres dans les hôpitaux

À écouter aussi

De plus, il existe bien une différence de taille entre la deuxième et la cinquième vague : la vaccination. Elle se perçoit dans les chiffres de personnes hospitalisées ou en réanimation. Gabriel Attal le précise d'ailleurs : "Heureusement, on a deux à trois fois moins d'hospitalisés dans notre pays grâce au vaccin". Plus exactement, il y a 2,5 fois moins d'hospitalisés si l'on compare les deux vagues. 

On rappelle que la deuxième vague avait été la plus dure en termes d'hospitalisations. À son pic, le 16 novembre 2020, 33.466 personnes étaient hospitalisées contre 13.363 le 9 décembre dernier. 

Ce large écart transparaît également dans les données concernant les patients hospitalisés en réanimation. Ce jeudi 9 novembre, ils étaient 2.461 malades en soins critiques, contre 4.903 le 16 novembre 2020, soit presque deux fois moins. À noter que les première et troisième vagues avaient été les plus rudes en termes de personnes en réanimation : 7.019 et 6.001 à leur pic. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/