4 min de lecture Société

Coronavirus : "2020, ça devait être génial", ironise Andréa Bescond

BILLET - "Tu avais tout prévu pour que 2020 soit au top", raconte Andréa Bescond mardi 19 mai. "Puis, le Covid-19 est arrivé..."

oeil monde - L'oeil de... Natacha Polony & Andréa Bescond & Philippe Caverivière & Olivier Mazerolle iTunes RSS
>
L'oeil de... du 19 mai 2020 Crédit Image : Martin BUREAU / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Andréa Bescond édité par Gregory Fortune

2020, ça devait être génial. Tu avais trinqué au nouvel an avec tes potes en clamant haut et fort : "Les mecs, 2020 c’est mon année !". Mais non "darling", 2020, c’est l’année de personne, à part celle de Netflix. 

Tu avais tout prévu pour que 2020 soit au top. On t’a dit : "Allez les Français, prévoyez vos vacances, c’est moins cher". Ok, tu assures le coup. Dès janvier, tu prévois tes vacances en Tunisie. Tu avais déjà prévu ton petit sourire narquois face à tes potes. Puis, le Covid-19 est arrivé. Pas de Tunisie. 

Ton argent bloqué, t’avais qu’à prévoir au dernier moment, parce que là on t’annonce : "Si vous commandez vos vacances à présent et que c’est annulé, vous serez remboursés". Et toi, trop con, t’as été prévoyant.

En 2020, tu vis plein de choses contradictoires, mais tu relativises

Andréa Bescond
Partager la citation

Alors comme tous les ans, tu vas te faire tes vacances à la "roots" dans un camping de Haute-Savoie pour faire de la luge d’été et des randonnées pédestres où tu termines le soir au bout de ta vie, des ampoules plein les pieds, devant une raclette. Pour peu que le cuisto tousse dans le Beaufort, c’est vraiment la "loose".

À lire aussi
Des boules de loto (illustration). jeux
Loto : les résultats du tirage du lundi 25 mai 2020

En 2020, tu vis plein de choses contradictoires, mais tu relativises. Tu as plutôt bien vécu tes deux mois de confinement. Tu as vidé ta cave mais tu as fait du sport tous les jours. Tu ne connais plus tes collègues de travail mais tu connais mieux tes enfants. Tu as fait du tri, balancé des vieilleries et tu n’as rien acheté, tu es content. Jusqu’au moment où tu as retrouvé des photos de toi à 20 ans sur lesquelles tu as constaté les désastres du temps. Et là, tu as acheté, acheté, acheté.

Tu n’as plus du tout relativisé car tu t’es enfin rendu compte en écoutant les infos et les directives du gouvernement qu’on était rentrés dans l’ère du "double bind", de la double contrainte, de l’injonction paradoxale. 

Tu es fatiguée, tu rentres chez toi après être allée chez le coiffeur

Andréa Bescond
Partager la citation

Toutes ces contradictions te rendent dingue. On te dit : "Met pas de masque. Porte un masque. Prend l’avion. Mais ne va pas au théâtre. Célèbre la fête de la musique, mais sans prendre de risque. Va à l’école, mais ne joue pas avec tes copains. Fais un test, mais ils ne sont pas fiables. Voyez-vous, mais ne vous touchez pas. Ne vous rencontrez pas, mais soyez solidaires".

Mais qu’est-ce qu’il dit le monsieur ? Tu ne comprends rien. Tu es fatiguée, tu rentres chez toi après être allée chez le coiffeur. Tu n’avais pas envie d’y aller mais tu voyais bien que ton conjoint regardait ta coupe d’un mauvais œil, tu avais dit : "Tu crois que je devrais aller chez le coiffeur ?". "Oh, comme tu veux, ça te ferait du bien mais moi perso, je te trouve aussi joli(e) comme ça".

Euh... C’est contradictoire ça. Que faire ? Alors tu y es allée et au retour, la personne avec qui tu partages ta vie ta regardée et t’a dit : "Qu’est-ce que ça te va bien cette petite coupe. Tu vois, c’était pas la peine d’y aller mais franchement c’est quand même sympa". 

Mais arrête de dire tout et son contraire !

Andréa Bescond
Partager la citation

Ta gueule, s’il te plait, ta gueule. Tu sais l’effort que ça m’a demandé ? Deux heures d’apnée pour ne pas me sentir contaminée par les miasmes de ceux qui soulèvent leur masque dès qu’ils ont un peu chaud. Va chez le coiffeur mais t’es joli(e) comme ça, c’était pas la peine d’y aller mais c’est quand même sympa. Mais arrête de dire tout et son contraire !

Oh mais vous riez Thomas Sotto, mais je sais que vous faites semblant. Inutile de céder à l’ambiance actuelle du mensonge de l’injonction paradoxale. Vous aussi vous avez le droit de revendiquer que nous vivons une période de merde, vous avez le droit d’être triste. Venez, on va se faire une plancha à la maison avec toute l’équipe de RTL Soir.

Franchement, la vraie vie, le contact et l’amitié, ça manque !

Andréa Bescond
Partager la citation

On sera entre nous. Comme on vous aime beaucoup, vous pourrez faire vos imitations de Chirac, de Giscard d’Estaing et même de Caverivière, parce que je suis sûre que vous l’imitez très bien. On pourra pleurer tous ensemble et ce ne sera même pas à cause de vos imitations. 

On installera une grande table, des grandes planches sur tréteaux, comme dans les mariages de mon enfance où on était 150, sauf que là on sera 10, trois mètres entre chacun de nous, un tube de gel hydroalcoolique à côté de chaque assiette. On mettra Philippe Caverivière en bout de table pour qu’il nous raconte des conneries, avec un mégaphone bien sûr pour qu’on l’entende à 20 mètres et on rigolera bien parce que franchement, la vraie vie, le contact et l’amitié, ça manque !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Coronavirus Année 2020
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants