1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Contourner la carte scolaire : une pratique établie
5 min de lecture

Contourner la carte scolaire : une pratique établie

REPLAY - Le gouvernement présente un plan pour en finir avec les "collèges ghettos", avec une expérimentation pour favoriser la mixité sociale.

Adeline François
Adeline François
Crédit : Maxime Villalonga
Contourner la carte scolaire : une pratique établie
06:09
Adeline François

Comment contournerez-vous la carte scolaire? Le Parisien/Aujourd'hui en France pose la question, lourde de sens. Le "contournement" est désormais une pratique actée. Certains passent par une fausse adresse dans un beau quartier, d'autres économisent pour déménager ou inscrivent leur enfant dans le privé.

Le gouvernement présente mardi 10 novembre un plan pour en finir avec les "collèges ghettos", avec une expérimentation pour favoriser la mixité sociale. Une des idées est ainsi d'établir une carte scolaire qui suivra le tracé des lignes de bus ou de métro. La mixité attire un consensus global, mais qui va jusqu'à inscrire  son enfant dans un établissement réputé mauvais pour jouer le jeu d'une carte scolaire contournée par tant d'autres?

Le journal évoque l'exemple d'un proviseur à Aubervilliers, impliqué depuis des années pour la mixité sociale en Seine Saint-Denis, qui s'apprête à inscrire sa fille en CP dans une école privée. À l'inverse, figure un témoignage d'une maman qui a inscrit son fils en 6ème dans un collège parisien qui affiche 70% d'élèves boursiers, seulement 56% de réussite au brevet. Elle revendique de ne pas contourner la carte scolaire. "Les bons élèves tirent leur épingle du jeu partout", explique Clarisse qui dit vivre en accord avec ses principes. Je ne me vois pas dire à mon fils que les autres enfants ne sont pas assez bien pour lui...

Macron et Messier au devant de la scène

Les NOE, acronyme de "nouvelles opportunités économiques", sont dans l'actualité du jour. C'est le nom de la loi que va présenter Emmanuel Macron, pour, selon ses propres termes répondre à une exigence : celle pour chacun d'avoir le droit de prendre des risques, de choisir sa propre vie. La Loi Noé, qui renvoie "au moins autant au déluge qu'à l'éspoir d'y survivre", ironise Libération.  

À lire aussi


Dans l'Opinion, Nicolas Beytout note une étrange coïncidence : l'annonce de ce plan intervient alors que la France commence aujourd’hui à vivre à crédit. Le pays a épuisé ses recettes à 53 jours de la fin de l'année. D'un coté le poids du léviathan, de ses finances publiques obèses, de l'autre l'espoir mis dans l'individu  et dans son énergie à créer plus de richesse. Un homme se lève ce matin pour dire " je vous avais prévenu' : Jean-Marie Messier. Le Figaro a retrouvé "le patron le plus détesté de France".

L'ex PDG de Vivendi dirige désormais une banque d'affaire. Il appelle l'Europe et la France a se réformer d'urgence parce que "nous sommes à un moment où l'évolution et l'impact du digital sur l'économie sont en train de s’accélérer", dit-il évoquant un phénomène qui provoque "des ruptures considérables". Il se souvient qu'il y a 15 ans, ceux qui parlaient de convergence des médias "passaient pour des fous". Avoir raison trop tôt , ça peut aussi vouloir dire avoir tort. Au passage il dénonce lui aussi le niveau des dépenses publiques  trop élevé, peu productif et pénalisant.


Le Figaro présente également un reportage à Bercy, où "il n'y a pas de petites économies". Le ministère des Finances se veut un modèle dans la maîtrise des dépenses. Sans réformes profondes, c'est parfois au prix de situations incongrues. Outre les déjeuners qui ne sont plus passés en note de frais, les voyages en seconde classe, il y a aussi ces agents partis faire un contrôle fiscal et qui se sont vus refuser le remboursement de leur péage et du parking. Et puis Il y a ce centre des impôts parisien ou le chef de service doit acheter lui même le papier toilette a la fin du mois pour toute son équipe. Sans oublier la résiliation à tous les abonnements de journaux. Les fonctionnaires de Bercy croulaient sous les gazettes jusqu'en 2010, ils n'ont plus droit qu'a deux abonnements de leur choix.

La presse en berne, Valérie Trierweiler fait parler

Le désabonnement des fonctionnaires de Bercy n'explique sans doute pas à lui seul les chiffres publiés ce matin sur les ventes de journaux en France : avec -9% pour les quotidiens en kiosque. Ce déclin les touche tous, et surtout Libération (-26%), -16% pour Le Monde, Les Echos et Le Figaro, et de -8% pour Le Parisien "Aujourd'hui en France". Seul l'Équipe fait une rentrée dans le vert, avec son nouveau format, et +8.5% de ventes au numéro. La presse magazine subit aussi un recul quasi général, -20% pour l'express, -14% pour l'obs, -8% pour paris match , -7% pour le point. 4 magazines ont vu leur vente augmenter : Valeurs Actuelles, M le magazine du monde, Courrier international et Marianne.


En quête de solutions, le magazine Nexus  se pose une question : et si la solution était les bonnes nouvelles? Les médias dédiés a une information plus positive se multiplient. Une dizaine de titres ont vu le jour en France en moins de 5 ans, comme We Demain, l'Age de Faire, ou Usbek et Rica. Ces titres parlent de "journalisme de solution", un journalisme qui voit la forêt qui pousse plutot que l'arbre qui tombe.

Dans les chiffres publié ce matin par la correspondance de la presse, même les journaux people sont en berne, Public (-26,5%), mais aussi Closer (-13%) et Voici (-10%). Les titres n'ont pas pu couvrir en premier l'actualité de Valérie Trierweiler. Reine incontestée des réseaux sociaux, l'ex-compagne de François Hollande et journaliste a publié dimanche soir, à minuit passé, une photo d'elle ou plutôt de son t-shirt floqué d'un superbe "I'm too sexy for my ex" (je suis trop sexy pour mon ex) sur son compte Twitter. Le message a fait le bonheur des Twittos et a été partagé plus de 900 fois dans la soirée.

Elle a tenu à préciser sa pensée dans un tweet publié ce matin : "Ha la la, pas d'affolement ni de mauvaise interprétation mais juste un joke au cours d'un dîner de copines #tweetprecedent #onrigole".

En septembre 2014, dans son livre "Merci pour ce moment", Valérie Trierweiler avait dévoilé les circonstances de sa rupture avec François Hollande, égratignant singulièrement l'homme et le président de la République. En deux semaines, près de 500.000 exemplaires s'étaient vendus.

La rêverie de Peter Emshwiller

Remonter le temps et répondre aux questions que vous rêviez de poser, plus jeune, à celui que vous alliez devenir. C'est ce qu'a fait Peter, un artiste américain, écrivain, cinéaste. En 1977 il avait 18 ans, et il avait eu l'idée de se filmer en train de s'interviewer lui même mais en 2015. Il répond aujourd’hui à 56 ans aux questions qu'ils se posaient en 1977.

Le résultat est fabuleux, et fait basculer dans une sorte d'hallucination temporelle,  qui produit un effet de connivence magique entre les deux hommes, qui n'en forment qu'un seul. le jeune Peter et le vieux Peter. La vidéo est l'objet d'un article sur slate.fr.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/