1 min de lecture Coronavirus

Confinement : le quotidien difficile des enfants placés

Suspension des visites familiales, manque d'éducateurs, enfants renvoyés dans des foyers instables... En raison du confinement, la situation dans les structures d'accueil de la protection de l'enfance est tendue.

Pour limiter la propagation du Covid-19, les visites familiales ont été suspendues dans les structures d'accueil de la protection de l'enfance.
Pour limiter la propagation du Covid-19, les visites familiales ont été suspendues dans les structures d'accueil de la protection de l'enfance. Crédit : Photo d'illustration
Émilie Baujard
Emilie Baujard édité par Benoît Collet

 

>
Confinement : le quotidien difficile des enfants placés Crédit Média : Emilie Baujard | Durée : | Date :

Pour les jeunes placés dans les services de la protection de l'enfance, le confinement rend le quotidien encore plus compliqué qu'en temps normal. Fin avril, Lyes Louffok, ancien enfant placé et membre du Conseil national de la protection de l’enfance et Anaïs Vrain, juge des enfants, membre du Syndicat de la magistrature, ont signé une tribune pour dire leur refus que "la protection de l'enfance soit sacrifiée dans la lutte contre la pandémie".

Vanessa a 17 ans et vit en foyer depuis quelques années. "Il y a un sous-effectif d'éducateurs, ce qui rend les devoirs difficiles pour les plus jeunes, d'autant qu'ils n'ont souvent pas d'ordinateur", explique la jeune fille au micro de RTL.

Pour limiter la propagation du Covid-19, les visites familiales ont été suspendues. "Je suis accueillie chez ma tante deux week-ends par mois et la moitié des vacances scolaires. Mais là, je n'ai même plus le droit d'aller la voir", poursuit Vanessa.

Situations explosives

À lire aussi
Jean Castex, le 4 juillet 2020 Coronavirus France
Coronavirus : Jean Castex prépare la France "à une éventuelle deuxième vague"

Pour désengorger les structures d'accueil, des enfants ont aussi été renvoyés dans leurs familles, qui avaient pourtant été jugées inaptes à s'en occuper. "Ce sont des foyers dans lesquels il y avait des situations de violence, de négligence ou de carence, et qui se retrouvent tout d'un coup enfermés à double tour : tous les ingrédients sont réunis pour que cela se passe mal", s'inquiète Michelle Créoff, membre du Conseil national de la protection de l'enfance.

Depuis le début du confinement, les coups de fil au Service National d’Accueil Téléphonique pour l’Enfance en Danger ont augmenté de 20%, avec des pics ces 15 derniers jours.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Confinement Droit des enfants
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants