1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Confinement : à Roissy, il faut bouger et entretenir les avions tous les jours
2 min de lecture

Confinement : à Roissy, il faut bouger et entretenir les avions tous les jours

REPORTAGE - Pour être prêts à redécoller dans l'heure s'il le faut, les avions cloués au sol restent entretenus régulièrement.

Des avions d'Air France à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, le 7 mai 2018 (Illustration)
Des avions d'Air France à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, le 7 mai 2018 (Illustration)
Crédit : AFP / PHILIPPE LOPEZ
Confinement : à Roissy, il faut bouger et entretenir les avions chaque jour
01:26
Arnaud Tousch - édité par Chloé Richard-Le Bris

Le pétrole en crise, les voitures ne roulent plus et les avions sont cloués au sol. Pas la totalité de avions mais une grande partie. Chez Air France, près de 200 Boeing ou Airbus sont parqués les uns à côté des autres sur le tarmac de l’aéroport de Roissy. C’est du jamais vu.

Forcément, les avions ne peuvent pas rester comme ça, ils doivent être entretenus. Assis à la place du commandant de bord d’un Boeing 787, se trouve Alexandre, qui n’est pourtant pas pilote. Il est technicien, et avec des dizaines d’avions stockés sur le tarmac, il ne chôme pas. "Tous les sept jours on en a à peu près pour deux heures minimum par avion", raconte-t-il. 

Et à chaque intervention, il bouge les Boeing de quelques centimètres pour que les pneus ne s’aplatissent pas, mais pas que : "Tous les sept jours nous allons activer les commandes hydrauliques, pour que les commandes de vol puissent bouger. On va démarrer aussi le moteur tous les sept jours, dans une même optique, être prêt à repartir d’ici quelques heures si jamais une confirmation était donnée."

Éviter les insectes

L’ennemi est parfois très petit, mais il peut être redoutable. "Tous les trous qu’il y a sur un avion, assez grands pour qu’un insecte puisse y rentrer, on se doit soit de les couvrir, soit de les inspecter tous les trois jours."

À écouter aussi

Jusque-là, aucun insecte n’a pu s’installer à bord, tout se passe bien. Tout cela c’est grâce à Géry Mortreux, directeur général adjoint de la maintenance chez Air France : "Un jour on remettra nos avions en vol, on le souhaite tous. Que ce soit pour nos équipages, que ce soit pour nos clients à bord des avions, bien évidemment, il faut qu’on respecte l’exigence en matière de sécurité des vols."

Au total, les 180 avions sont répartis en Paris-Charles de Gaulle, Orly ou encore Toulouse, tous prêts à redécoller.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/