3 min de lecture Éducation nationale

Condamné pour détention d'images pédopornographiques, un professeur veut être réintégré

DOCUMENT RTL - Ce professeur de 41 ans, qui a purgé sa peine de prison avec sursis et respecté ses obligations de soin, demande à l'Éducation nationale de le réintégrer.

Calvi-245x300 RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Un professeur condamné pour avoir téléchargé des images pédopornographique demande à être réintégré Crédit Image : AFP / DAMIEN MEYER | Crédit Média : Maud de Carpentier | Durée : | Date : La page de l'émission
Maud de Carpentier et Aymeric Parthonnaud

"J'estime de mon côté avoir fauté et avoir payé ma dette envers la société. Je ne représente - et cela a été confirmé par la justice et les autorités médicales - pas un danger pour la société, explique cet ancien professeur de collège de 41 ans sous le couvert de l'anonymat. Quand j'avais des élèves en face de moi je n'ai jamais eu d'idées déplacées ou de pulsions. Il y a une complète étanchéité entre ces téléchargements, ces pulsions et l'exercice de ces fonctions. Je ne suis pas un prédateur sexuel."

Voici un témoignage fort et troublant recueilli par RTL au lendemain de l'annonce du renforcement de la loi après l'affaire des viols du directeur d'école de Villefontaine. La justice devra désormais signaler à l'administration toute condamnation d'un enseignant ou d'une personne qui encadre des enfants. Les simples suspects pas encore condamnés pourraient eux aussi être signalés, sur décision du procureur.

Pas une menace dans l'exercice de ses fonctions ?

Ce professeur de 41 ans a été condamné pour téléchargement d'images pédopornographiques, des images d'adolescents de 15-17 ans, puis révoqué sur décision du ministre de l'Éducation en 2009. Après avoir purgé sa peine de 6 mois avec sursis, il a respecté son injonction de soins, les psychiatres concluent alors qu'il peut reprendre ses fonctions. Il a donc demandé à réintégrer l'Éducation Nationale. 

"J'ai l'impression de me heurter à un mur avec l'Éducation nationale qui de mon point de vue use d'amalgames, poursuit-il. Il n'y a pas de profil type de gens qui vont télécharger des fichiers pédopornographiques comme c'est mon cas. On peut faire ça sans être un prédateur sexuel. Il y a une réalité qui est bien plus complexe."

À lire aussi
Une étudiante sur Parcoursup (illustration) études supérieures
Parcoursup : calendrier et étapes à suivre pour les futurs bacheliers

Cet homme peut-il alors réintégrer l'Éducation nationale ? Son recours administratif contre sa révocation de 2009 a-t-elle une chance d'aboutir ? Cela paraît peu probable. À l'époque, la décision est prise par le ministre l'Éducation en personne ; comme c'est le cas pour les affaires de pédophilie. Une décision qui ne tient pas compte de l'avis des psychiatres, ni de celui de la commission qui avait auditionné cet enseignant. Et qui avait recommandé une exclusion temporaire de 2 ans.

Téléchargement et passage à l'acte, un lien pas systématique

Pour Michel Richard, du syndicat des personnels de direction de l'Éducation nationale, une réintégration semble impossible dans le contexte actuel. "On a fait le choix d'être un fonctionnaire de l'État, on se doit d'être d'une probité intouchable, clame-t-il. Remettre devant des adolescents quelqu'un qui a eu ce comportement... Il y a toujours un risque de récidive, et aujourd'hui, l'application du principe de précaution, tout le monde se repose dessus et ne veut prendre aucun risque".

Faut-il alors mettre au ban de la société les hommes qui comme lui ne sont jamais passé à l'acte ? "On pourrait les accompagner, ceux qui visionnent des images pédopornographiques, en les fléchant et ils resteraient dans 
l'Éducation nationale avec un petit risque", commente le psychiatre Roland Coutanceau

"En même temps, quand quelque chose se sait, le système se défend mieux ! Quel est le vrai scandale ? Qu'un homme qui a visionné des images pédoporonographique soit encore dans l'Éducation nationale ? Ou est-ce que c'est que dans son école on le sache pas ?". Le psychiatre insiste sur l'importance de l'écoute de ces hommes. Sur 100 pédophiles qui ont téléchargé des images pédopornographie, seuls 10 d'entre eux ont été condamnés pour être passés à l'acte.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Éducation nationale Pédophilie Enseignement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants