2 min de lecture Terrorisme

Comment Sid Ahmed Ghlam a pu préparer ses attentats sur notre sol ?

REPLAY - Avant d'être arrêté par hasard alors qu'il s'est blessé avec une arme, cet étudiant de 24 ans, projetait de s'attaquer dimanche à des églises à Villejuif, en banlieue parisienne.

3 minutes pour comprendre - 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Comment Sid Ahmed Ghlam a pu préparer ses attentats sur notre sol ? Crédit Image : Capture d'écran iTélé | Crédit Média : Raphaël Vantard | Durée : | Date : La page de l'émission
Raphaël Vantard et La rédaction numérique de RTL

La première question qu'on se pose c'est comment cet étudiant algérien a pu rester sur notre territoire après un séjour en Syrie ? Parce qu'on n'expulse pas comme ça, d'un claquement de doigt, quelqu'un qui vit sur le territoire français depuis un certain nombre d'années. En France, c'est le préfet ou le ministre de l’intérieur qui peut prendre un arrêté d'expulsion. Mais concrètement cet arrêté d’expulsion doit être justifié. Le préfet ou le ministre de l’intérieur doit apporté les preuves réelles que la personne que l'on renvoie dans son pays d'origine est une menace grave pour l'ordre public. Si la menace n'est pas avérée, l’arrêté d'expulsion est purement et simplement annulé devant un juge administratif.

Le fait de revenir de Syrie n'est pas, en soit, une menace suffisante. Il faut des preuves concrètes.Toutes les personnes qui sont poursuivies actuellement après leur retour de Syrie, sont pour l'essentiel mises en examen et écrouées. Mais avant, les services de renseignements français transmettent à la justice des preuves assez fournies d'implication vers des groupes terroristes qui sévissent en Syrie ou en Irak.

L'étudiant de 24 ans s'est radicalisé en France

Ça peut être concrètement des écoutes téléphoniques avec des proches, des photos prises par les services secrets, ou des captures d’écran de sites internet. Des actes concrets qui prouvent que les personnes étaient bien en Syrie pour mener le jihad et non pour d'autres raisons. Mais dans le cas de Sid Ahmed Ghlam, il y a quand même des actes au delà des voyages en Syrie. Des éléments trop faibles. Car Sid Ahmed Ghlam s'est radicalisé ici en France. 

Il décide de partir une première fois en Turquie en 2014 pour tenter de passer en Syrie. Puis rentre en France. Là, il est interpellé. Il est placé en garde à vue mais rien ne permet de dire - ni dans les écoutes, ni dans les filatures - qu'il a bien cherché à rejoindre l'État islamique. Du coup, les enquêteurs antiterroristes le fichent comme suspect à surveiller. C'est la fameuse "fiche S". S comme sûreté. Mais il n 'y a rien de plus. Ensuite, plus tard, c'est un proche de cet étudiant qui alerte les enquêteurs parce que le jeune projette de repartir en Syrie. Mais ça non plus ça ne permet en soit ni de l'interpeller, ni de le poursuivre sans preuve, ni de l'expulser dans son pays d'origine. 

Une loi Renseignement efficace ?

À lire aussi
Un homme portant des menottes (illustration) faits divers
Coronavirus aux États-Unis : un homme arrêté pour avoir toussé sur une vendeuse

Et la nouvelle loi sur le renseignement ne pourra pas vraiment permettre de surveiller plus facilement ces profils. Puisque dans le fond, ce que va surtout permettre cette nouvelle loi, c'est d'abord d'encadrer et  de légaliser des pratiques des services du renseignement qui n'étaient jusque là pas toujours légales. Les écoutes téléphoniques, les explorations d’ordinateur à distance, les micro placés ça et là. Toutes ces techniques de surveillance vont être encadrées et légalisées. Mais si de jeunes djihadistes passent à travers les mailles de ce filet. Ils continueront d'y passer. Ce qui peut en revanche aider à repérer ces profils comme Si Ahmed Ghlam, c'est toute la surveillance électronique qui sera possible auprès des fournisseurs d'accès. Dans le cas de Sid Ahmed Ghlam  cela aurait potentiellement pu permettre d'éviter ses relations avec le donneur d'ordre en Syrie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme France Attentat
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants