2 min de lecture Carmat

Cœur artificiel Carmat : le troisième et dernier greffé a regagné son domicile

Le dernier des trois patients greffés d'un coeur artificiel Carmat, dont deux sont morts, a quitté l'hôpital.

Un coeur artificiel fabriqué par Carmat, à l'hôpital Georges-Pompidou à Paris, ici le 21 décembre 2013.
Un coeur artificiel fabriqué par Carmat, à l'hôpital Georges-Pompidou à Paris, ici le 21 décembre 2013. Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Julien Absalon
Julien Absalon
et AFP

La médecine va plus que jamais suivre de près l'état de santé de ce patient greffé d'un coeur articiel Carmat et qui a pu regagner son domicile. L'individu, anonyme, a quitté les Hôpitaux universitaires de Strasbourg (HUS), jeudi 3 septembre. Il est le dernier des trois greffés de cette prothèse. Les deux autres patients qui ont subi cette opération sont morts

Opéré le 8 avril à l'hôpital européen Georges-Pompidou à Paris, le patient fait partie du premier groupe de quatre malades désignés pour bénéficier d'une bio-prothèse Carmat dans le cadre de la première phase d'un essai clinique. "Les équipes médicales, hospitalières et techniques restent entièrement mobilisées pour continuer à assurer un bon suivi médical", ont précisé les HUS et la société Carmat dans un communiqué commun.

Les deux autres patients avaient vécu 74 et 270 jours

Le cœur Carmat, tapissé à l'intérieur d'un revêtement constitué de bio-matériaux tirés de tissus animaux (bovins) pour éviter la formation de caillots sanguins, se distingue des autres modèles de cœur artificiel. Avec ses matériaux inédits, il vise à pallier le manque de greffons.

Le premier patient, Claude Dany, a succombé 75 jours après l'intervention. L'homme de 76 ans, en insuffisance cardiaque terminale, avait été opéré le 18 décembre 2013. Le deuxième patient, âgé de 69 ans, a vécu 270 jours avec la prothèse. Il avait pu quitter l'hôpital grâce à l'utilisation d'un appareil portatif. Mais quatre mois après être retourné chez lui, il avait dû être ré-hospitalisé à la suite d'une baisse du débit cardiaque. Il n'avait pas survécu, le 2 mai dernier, à la tentative de changement de son coeur artificiel.

À lire aussi
Ce dispositif artificiel, inventé par la société Carmat, a permis d'améliorer l'état de santé d'un patient avant qu'il ne soit greffé d'un véritable cœur à Astana (Kazakhstan), mercredi 1er août. santé
Cœur artificiel Carmat : un patient a vécu 8 mois avec cette prothèse avant d'être greffé

Selon une première étude scientifique publiée en juillet dans la revue médicale britannique The Lancet par l'équipe médicale française porteuse du projet Carmat, les deux patients n'avaient montré aucune complication imputable à la formation de caillots, alors même que l'un d'entre eux était resté sans traitement anticoagulant pendant une durée de 50 jours.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Carmat Coeur artificiel Médecine
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants