1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. "Charlie Hebdo" : peut-on parler de défaillance dans la réaction des forces de l'ordre à l'attentat ?
1 min de lecture

"Charlie Hebdo" : peut-on parler de défaillance dans la réaction des forces de l'ordre à l'attentat ?

ÉCLAIRAGE - Interrogée ce matin sur "RTL", Maryse Wolinski, la veuve du dessinateur, a mis en cause la réaction des forces de l'ordre au moment de l'attaque contre le journal satirique.

Une oeuvre de l'artiste français Rob.Ink rendant hommage à Wolinski, Cabu, Charb et Tignous, quatre dessinateurs victime des frères Kouachi lors de l'attentat du 7 janvier 2015 contre "Charlie Hebdo".
Une oeuvre de l'artiste français Rob.Ink rendant hommage à Wolinski, Cabu, Charb et Tignous, quatre dessinateurs victime des frères Kouachi lors de l'attentat du 7 janvier 2015 contre "Charlie Hebdo".
Crédit : JOEL SAGET / AFP
"Charlie Hebdo" : pas de défaillance dans la réaction des forces de l'ordre
01:19
La rédaction numérique de RTL & Charlie Vandekerkhove

Maryse Wolinski se porte partie civile six mois tout juste après le carnage de Charlie Hebdo... Ce matin sur RTL, la veuve du célèbre dessinateur a expliqué qu'elle voulait avoir accès au dossier. Et elle a soulevé la question de la réactivité des forces de l'ordre face aux frères Kouachi, au moment de l'attentat.

Mais peut-on pour autant parler de défaillance ? La réponse est non, et ce en raison de plusieurs éléments matériels, par exemple sur des appels radio de la police, qui ont été enregistrés et ré-écoutés, mais aussi sur des bandes de vidéo-surveillance exploitées.

Sur place après les premiers coups de feu

Pas de fourgonnette de police devant les locaux de Charlie Hebdo ? Le niveau de menaces proférées contre le journal avait à l'époque baissé et la décision avait été prise d'avoir recours à des patrouilles régulières tout autour du quartier. C'était d'ailleurs le cas ce 7 janvier, c'est pour cela que des effectifs sont arrivés très rapidement après les premiers coups de feu sur place. C'étaient des policiers de la BAC, qui faisaient marche-arrière dans leur voiture dans une ruelle, pendant que les Kouachi mitraillaient leur véhicule.

Une heure de délai pour une prise d'otages

Les fonctionnaires à vélo, comme Ahmed Merabet, n'ont évidemment pas été appelés en renfort. Ils ont simplement eux aussi reçu sur les ondes radio un appel venant de leur commissariat, dans lequel étaient signalés des coups de feu au sein des bureaux de Charlie Hebdo. Pourquoi des hommes d'élite ne sont pas arrivés sur place immédiatement ? Tout simplement parce que sont des forces lourdes en termes de logistique, qui ne sont pas basées dans la capitale, comme le RAID ou le GIGN. Dans le cas d'une prise d'otages par exemple, il leur faut environ une heure pour être sur les lieux.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/