2 min de lecture Agriculture

Castration à vif des porcelets : l’interdiction "va compliquer notre travail", dit un éleveur

INVITÉ RTL - Selon Paul Auffray, éleveur de porcs dans les Côtes-d'Armor, la mise en place de la castration sous anesthésie locale "va compliquer notre travail, nous coûter plus cher et nous prendre beaucoup plus de temps".

RTL Midi -  Christelle Rebière L'invité de RTL Midi Christelle Rebière
>
Paul Auffray, éleveur de porcs dans les Côtes-d'Armor et président de l'Ifip Crédit Image : SEBASTIEN BOZON / AFP | Crédit Média : Christelle Rebière | Durée : | Date : La page de l'émission
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière édité par Sarah Ugolini

La France interdira le broyage des poussins et la castration à vif des porcelets fin 2021. C'est ce qu'a annoncé ce mardi 28 janvier le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, qui doit détailler dans la matinée un plan pour l'amélioration du bien être animal. La castration à vif est destinée à éviter que la viande de porc ait une mauvaise odeur. Elle se ferait donc d'ici deux ans sous anesthésie locale. "La filière porcine peut se le permettre", assure le ministre.

"Les éleveurs de porc aujourd'hui travaillent pour faire naître et élever des animaux dans de bonnes conditions. C'est une condition sine qua non de réussite économique", assure en préambule Paul Auffray, éleveur de porcs dans les Côtes-d'Armor et président de l'IFIP, l'Institut du porc. Selon lui, "la castration des cochons reste un acte difficile". "C'est même une corvée pour nous", explique le président de l'Institut du porc.

Selon l'éleveur, "c'est un mal nécessaire pour produire de la viande de qualité et surtout éviter les odeurs sur la viande". C'est donc pour eux "important de présenter un produit conforme à ce qu'attendent les consommateurs". Aujourd'hui, 85% des porcs mâles sont castrés à vif, cela représente environ 10 millions d'animaux. "Ce sont des pratiques qui datent de Mathusalem", reconnaît le président de l’Institut du porc.

Il demande l'autorisation des produits en élevage et des formations

"Nous notre priorité, c'est deux trois choses simples. D'abord des règles de biosécurité. Deux, la santé des animaux, essentielle pour produire une viande de qualité. Et trois, accueillir les animaux dans de bonnes conditions", assure-t-il. 

À lire aussi
Des légumes issus de l'agriculture biologique (illustration) conso pratique
Bio et équitable : un nouveau label voit le jour

Concernant la mise en place de la castration sous anesthésie locale en 2021, l'éleveur n'est "pas surpris de l'annonce du ministre". "Aujourd’hui on souhaite avancer, mais pour pouvoir avancer, nous éleveurs, il faut que nous soyons autorisés à utiliser des produits qui sont interdits dans les élevages".

Ça va nous coûter plus cher et ça va nous prendre beaucoup plus de temps

Paul Auffray, éleveur de porcs dans les Côtes-d'Armor et président de l'Institu du porc.
Partager la citation

En effet, "aujourd'hui ces produits (anesthésiants) ne sont autorisés aujourd'hui que sous pratique vétérinaire". "Le travail va consister à faire en sorte que ces produits soient autorisés en élevage, qu'on puisse faire l'objet d'une formation adaptée et qu'on puisse préparer les échéances 2021 dans les meilleurs conditions". 

"Ça va être plus compliqué en élevage, pratiquer une injection, attendre que l'animal soit anesthésié sur la partie concernée, ça va compliquer notre travail, ça va nous coûter plus cher et ça va nous prendre beaucoup plus de temps", déplore malgré tout Paul Auffray. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Agriculture Animaux Viande de porc
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants