2 min de lecture Bobigny

Bobigny : imbroglio autour du sauvetage d'une fillette menacée par les flammes

Après avoir annoncé que des policiers avaient "porté secours à une jeune enfant se trouvant dans un véhicule en feu", la préfecture a dû rectifier l'information face au témoignage du vrai sauveur.

Des violences sont survenues à Bobigny, samedi 11 février
Des violences sont survenues à Bobigny, samedi 11 février Crédit : Aurelien Morissard/AP/SIPA
Maxime Magnier

Le sauvetage de la fillette menacée par les flammes en serait presque relégué au second plan. Samedi  11 février 2017 au soir, après que la préfecture de police a rendu hommage à l'un de ses agents intervenu à Bobigny pour porter secours à une enfant en proie au feu, elle a dû rectifier l'information et attribuer le mérite de l'acte héroïque à son réel auteur.

Après la manifestation de soutien à Théo organisée à Bobigny (Seine-Saint-Denis), les forces de l'ordre faisaient face à "plusieurs centaines d'individus violents", à des jets de projectiles et autres incendies de véhicules. C'est dans ce contexte, samedi soir, que la préfecture annonçait notamment dans son communiqué que "des effectifs de police ont dû intervenir pour porter secours à une jeune enfant se trouvant dans un véhicule en feu".

Face à cette preuve de bravoure, bienvenue en cette période de disgrâce de la police, un témoignage est rapidement venu contredire la version de la préfecture. "J'ai sorti cette petite de la voiture, je ne suis pas un héros, je veux juste rétablir la vérité", a expliqué sur le Bondy Blog Emmanuel Toula, un adolescent de 16 ans qui participait à la manifestation de soutien à Théo.

Je me suis approché de la voiture et j'ai vu une petite fille de 5 ou 6 ans

Emmanuel Toula, sauveur présumé d'une fillette à Bobigny
Partager la citation

Le jeune homme décrit aussi la scène, affirmant qu'alors que le capot du véhicule prenait feu, "la mère a sorti de sa voiture son petit garçon qui devait avoir deux ans maximum, et dans la précipitation, elle a oublié sa fille". "Moi, à ce moment-là, je me suis approché de la voiture, et j'ai vu une petite fille de 5 ou 6 ans, tétanisée", se rappelle-t-il. 

À lire aussi
Nicole Belloubet, ministre de la Justice, en juillet 2019 justice
Les infos de 12h30 - Bobigny : Nicole Belloubet répond à la crise qui touche le tribunal

Et de poursuivre : "Je suis rentré alors dans la voiture. J'ai ouvert la portière, tétanisé, j'avais les mains qui tremblaient. La fille était à l'arrière. Elle ne pleurait pas mais elle était aussi tétanisée, choquée. J'ai essayé d'enlever sa ceinture, j'avais les mains qui tremblaient toujours et au bout de dix secondes, j'ai réussi à lui enlever sa ceinture de sécurité. Je l'ai prise alors dans mes bras, toujours tremblants, puis j'ai essayé de courir. Je commençais à prendre de la vitesse et là, j'ai senti les gaz lacrymogènes."

"C'est un manifestant qui a sorti l'enfant de la voiture"

Préfecture de police
Partager la citation

Emmanuel Toula précise aussi avoir tenté, en vain, de retrouver la mère de la fillette, avant d'être aidé par deux hommes, puis un gendarme. "La petite fille est restée avec les deux hommes et le gendarme, moi, je suis allé à la recherche de la maman", détaille-t-il.

Interrogée par l'AFP, la préfecture s'est défendue de toute appropriation frauduleuse de l'acte, affirmant n'avoir "jamais déclaré que la police avait sorti l'enfant du véhicule". "C'est un manifestant qui a sorti l'enfant de la voiture", a admis la préfecture. Selon une source policière citée par le Figaro, "les forces de l'ordre ont aidé à chercher ses parents juste après qu'elle a été sauvée".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bobigny Seine-Saint-Denis Police
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants