1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Bac 2017 : les corrigés de l'épreuve anticipée de français pour la filière L
2 min de lecture

Bac 2017 : les corrigés de l'épreuve anticipée de français pour la filière L

Découvrez l'intégralité des corrigés de l'épreuve anticipée de français, à laquelle les élèves de première L se sont confrontés.

Des lycéens planchent sur une épreuve du baccalauréat
Des lycéens planchent sur une épreuve du baccalauréat
Crédit : FREDERICK FLORIN / AFP
Léa Stassinet
En partenariat avec logo_studyrama

Si les élèves de terminale ont commencé ce jeudi 15 juin les épreuves du baccalauréat 2017 par la philosophie, les élèves de première ne sont pas en reste. Ceux de la filière littéraire ont trois heures pour plancher sur l'épreuve de français et de littérature. L'an passé, les sujets portaient sur "les réécritures du XVIIème siècle à nos jours". 

Les élèves aujourd'hui en terminale devaient plancher sur un corpus de textes comportant des extraits de Voltaire, Jean Cocteau, Albert Samain et José-Maria de Heredia. Une fois la question de compréhension passée, les candidats avaient le choix entre trois sujets d'écriture. Un commentaire sur l'extrait de La machine infernale de Jean Cocteau, une dissertation où chacun devait répondre à la question suivante : "Les écrivains peuvent-ils encore nous surprendre lorsqu'ils s'emparent d'un mythe souvent réécrit ?". Enfin dernière option possible, les candidats pouvaient se lancer dans un écrit d'invention où il leur était demandé d'imaginer, sous la forme d'un monologue intérieur, "les réflexions et la méditation d’un monument installé depuis longtemps dans un lieu de votre choix". 

Question 1 : Les textes de Vigny, Hugo et Dumas reprennent la figure du Masque de fer : en quoi diffère-t-elle de celle que propose Voltaire ?

Dans les textes de Vigny, Hugo et Dumas se lisent des points communs : 
-La grandeur : "Choses merveilleuses" pour Vigny (ligne 21) ; "Voix tellement solennelle et terrible" pour Dumas (ligne 19).
-L’horreur : "Ce masque est encore le plus affreux des deux" (vers 7) écrit Hugo qui évoque ensuite le laboureur qui s’enfuit "épouvanté" (vers 11) ; il est "ce malheureux" pour Dumas (ligne 11) et "ses jours captifs" pour Vigny (vers 24) ; 
-L’animalité : "Je ne suis pas un homme" (Hugo, v. 14), "rugissement" (Dumas, l. 14).
Alors que Voltaire dédramatise la situation en nous montrant un homme accessible qu’il qualifie simplement de "prisonnier inconnu" (ligne 4). Il insiste sur sa jeunesse : "Jeune" (ligne 5) et nous décrit sa situation comme n’étant pas si difficile : d’abord son masque n’est pas intégral ("un masque dont la mentonnière… liberté de manger", ligne 6), et ensuite la vie qu’il mène en prison n’est pas si difficile : "il fut logé aussi bien qu’on peut l’être" (ligne 13), "il jouait de la guitare" (ligne 15), et "on lui faisait la plus grande chère" (ligne 15).
Consultez le corrigé entier de l'épreuve anticipée de français pour la filière littéraire sur studyrama.com.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/