2 min de lecture Police

Aurillac : des échauffourées ont éclaté entre forces de l'ordre et festivaliers

Vendredi en fin d'après-midi, des affrontements ont eu lieu dans le centre ville d'Aurillac entre gendarmes et plusieurs festivaliers du théâtre de rue.

Un gendarme (illustration)
Un gendarme (illustration) Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Les mesures de sécurité prises pour encadrer les événements publics ne plaisent pas à tous. Vendredi, en fin d'après-midi, dans le centre-ville d'Aurillac (Cantal), des échauffourées ont éclaté entre les forces de l'ordre et quelque 300 festivaliers, venus participer au festival de théâtre de rue de la ville. 

Aux alentours de 18 heures, un cortège de plusieurs centaines de festivaliers, infiltrés par de nombreux casseurs dont plusieurs portaient des cagoules, ont violemment manifesté leur mécontentement contre les mesures de sécurité imposées par la ville pour la durée du festival. "Entre 20 et 30 agitateurs ont voulu forcer le passage dans une file d'attente de contrôle, entraînant les festivaliers, mécontents des dispositifs de sécurité qui ralentissent", a expliqué le maire d'Aurillac, Pierre Mathonier (PS), présent sur les lieux.

Selon les informations fournies par la gendarmerie, les manifestants ont installé des barricades, caillassé des voitures, allumé des feux de poubelles, renversé des panneaux et dégradé du matériel urbain."Il y a eu des échanges vifs entre casseurs et festivaliers, ces derniers ne comprenant pas leurs motivations à mettre en péril le dispositif de sécurité", a déclaré pour sa part à l'AFP le directeur de cabinet de la préfecture du Cantal, Jean-François Bauvois. "Tout a été fait pour permettre à ce festival de se dérouler dans de bonnes conditions et protéger les festivaliers et les artistes", a ajouté le directeur de cabinet. "On sait bien que Daesh s'attaque aux artistes et à ce genre de manifestations".

Manifestations culturelles reportées

Une cinquantaine de gendarmes mobiles ont été appelés à intervenir pour désamorcer la situation, pendant que plusieurs élus, dont l'édile d'Aurillac, ont tenté de dialoguer avec les festivaliers. Les incidents ayant entraîné l'annulation et le report de certaines manifestations culturelles, à l'instar du spectacle "Le Deuche joyeuse", de Generik Vapeur. Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, a déploré dans un communiqué les incidents survenus à Aurillac, réaffirmant son soutien à la mairie et aux forces de sécurités présentes.

À lire aussi
Un CRS lors de l'acte 53 des "gilets jaunes" le samedi 16 novembre 2019 à Paris Gilets jaunes
Policiers retranchés dans une laverie : un an de prison ferme pour un assaillant

Après deux heures d'affrontements, le calme est revenu vers 20 heures 30 dans le centre-ville d'Aurillac.Et les spectacles ont pu reprendre, à en croire les informations données par la mairie et la préfecture. "On a pu nettoyer immédiatement dans un climat apaisé et les familles circulent normalement", a assuré Pierre Mathonier.

Le Festival du théâtre de rue d'Aurillac accueille chaque année quelque 100 000 spectateurs. Une vingtaine de compagnies françaises et étrangères, présentant dix créations, sont programmées pour cette "30e édtion bis".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Police Affrontements Festival
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants