1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Attentats de Bruxelles : selon un responsable turc, Ibrahim El Bakraoui avait été arrêté en juin 2015 en Turquie
2 min de lecture

Attentats de Bruxelles : selon un responsable turc, Ibrahim El Bakraoui avait été arrêté en juin 2015 en Turquie

Selon un responsable turc, 'Ibrahim El Bakraoui, l'un des deux kamikazes qui se sont fait exploser à l'aéroport de Bruxelles, aurait été arrêté en Turquie, avant d'être renvoyé en Belgique. Le ministre de la Justice belge répond.

Le président Recep Tayyip Erdogan le 1er décembre 2014. (archives)
Le président Recep Tayyip Erdogan le 1er décembre 2014. (archives)
Crédit : ADEM ALTAN / AFP
Ludovic Galtier & AFP

L'un des assaillants des attentats de Bruxelles, perpétrés le 22 mars à l'aéroport de Zaventem et dans la station de métro Maelbeek de la capitale européenne, avait été livré par la Turquie à la Belgique. La déclaration est signée du président turc Recep Tayyip Erdogan, lors d'une conférence de presse mercredi 23 mars. Selon un responsable turc qui n'a pas souhaité être cité, il pourrait s'agir d'Ibrahim El Bakraoui, l'un des deux frères qui se sont fait exploser le 22 mars dans la capitale belge.

"Un de ceux qui ont participé à l'attaque à Bruxelles a été arrêté en juin 2015 à Gaziantep", a assuré le président turc. "Il a été expulsé le 14 juillet 2015 après information de l'ambassade belge", a-t-il déclaré devant la presse, ajoutant que les autorités belges n'avaient pas confirmé ses liens avec les jihadistes "malgré nos mises en garde". 

El Bakraoui aurait été expulsé vers les Pays-Bas et non vers la Belgique

Koen Geens, le ministre belge de la Justice, a répondu au président turc sur l'antenne de VRT. "Il n'y a, c'est certain, pas eu d'extradition" vers la Belgique. "Lorsque (le kamikaze) a été renvoyé, ça aurait été, selon l'information que le parquet fédérale m'a communiquée, vers les Pays-Bas et non vers la Belgique. Il s'agit plus que probablement d'un renvoi par la Turquie à la frontière syrienne. À ce moment, la personne concernée n'était pas connue chez nous pour terrorisme, c'était un criminel de droit commun en liberté conditionnelle", selon des propos relayés par libre.be.

La Turquie s'est plainte à plusieurs reprises, notamment après les attentats de Paris du 13 novembre, que les pays occidentaux ne tiennent pas compte de ses mises en garde concernant les jihadistes qu'elle expulse. De leur côté, les Européens ont longtemps dénoncé le manque de coopération des autorités turques dans la traque des apprentis jihadistes étrangers, dont la plupart rejoignent les rangs du groupe État islamique (EI) via son territoire. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/