1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Attentats à Paris : les policiers français s'intéressent à deux individus belges repérés en Suisse
2 min de lecture

Attentats à Paris : les policiers français s'intéressent à deux individus belges repérés en Suisse

REPLAY / ÉCLAIRAGE - Deux hommes, dont une connaissance de Salah Abdeslam, ont passé quelques heures à Genève, où une menace jihadiste "précise" a été signalée.

La police suisse en patrouille sur les routes menant à l'aéroport de Genève, le 10 décembre 2015
La police suisse en patrouille sur les routes menant à l'aéroport de Genève, le 10 décembre 2015
Crédit : Richard Juilliart / AFP
Attentats à Paris : les policiers français s'intéressent à deux individus belges repérés en Suisse
01:44
Julien Absalon
Julien Absalon

Genève maintient son alerte terroriste au niveau 3 sur 5. Depuis jeudi 10 décembre, la police suisse est à la recherche d'au moins quatre hommes signalés par les services de renseignement américains. Ils sont tous suspectés d'appartenir à la mouvance jihadiste et au groupe État islamique. "On ne connaît pas leur nom, on ne sait pas d'où ils viennent, ils auraient des noms de guerre", a révélé une source proche du dossier au journal Le Temps. En plus de ces quatre suspects, deux autres individus, repérés eux aussi sur le sol suisse, intéressent tout particulièrement les policiers français.

Mardi 8 décembre à 11h55, ces deux hommes sont contrôlés et arrêtés au poste frontière de La Cure, tout près de la station de ski des Rousses (Jura). Ils circulent à bord d'un véhicule utilitaire immatriculé en Belgique. Très vite, les douaniers s'aperçoivent que le conducteur fait l'objet d'une fiche de sûreté émise par les autorités belges. Il s'agit d'Erol Ozen, un homme d'origine turque âgé de 24 ans qui est sorti de prison au mois de septembre.

Un lien avec les hommes recherchés à Genève ?

Selon les renseignements belges, il connaît Salah Abdeslam, l'un des terroristes présumés des attentats à Paris en fuite depuis près d'un mois. Interrogé, Erol Ozen ne fait pas mystère de ses liens. "C'est un voisin, un pote", assure-t-il avant de d'ajouter qu'il l'a même vu il y a encore un mois ou deux. Mais lorsque les douaniers français fouillent son véhicule, rien de suspect n'est découvert, si ce n'est la présence de trois téléphones portables dont un qui n'arrête pas de sonner. Comme Erol Ozen et son passager affirment aller à Genève pour rendre visite à un oncle, ils repartent donc libres.

Mais quelques heures plus tard, dans la nuit du mardi au mercredi 9 décembre, leur voiture est repérée en Suisse et échappe à un contrôle. Les deux hommes repassent alors en France après être restés que quelques heures en Suisse. Étaient-ils en lien avec les quatre hommes qui font planer une menace d'attentat sur Genève ? Avaient-ils d'autres projets ? En tout cas, les services de renseignement français ne croient plus à une simple visite familiale.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/