1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Attentats à Paris : ce que l'on sait de Charaffe al-Mouadan, le jihadiste français tué en Syrie
2 min de lecture

Attentats à Paris : ce que l'on sait de Charaffe al-Mouadan, le jihadiste français tué en Syrie

REPLAY - Charaffe al-Mouadan, le jihadiste français tué par une frappe américaine en Syrie, serait directement lié aux attentats parisiens du 13 novembre dernier.

La maison où résidait Charaffe al Mouadan (illustration)
La maison où résidait Charaffe al Mouadan (illustration)
Qui est Charaffe al-Mouadan, le jihadiste français tué en Syrie ?
01:44
Julien Quelen
Julien Quelen

Charaffe al-Mouadan, tué en Syrie le 24 décembre dernier, est étroitement lié aux attentats parisiens et à son principal instigateur Abdelhamid Abaaoud. Le Français, parti combattre dans les rangs de l'État islamique il y a plusieurs mois, a été neutralisé au cours d'une frappe américaine, selon Steve Warren, le porte-parole de la coalition anti-EI. 

Né en 1989, titulaire d'un bac S, Charaffe al-Mouadan était inscrit sur une liste d'une dizaine de cibles, une sorte de "who's who" (qui est qui, ndlr) des chefs opérationnels de l'État islamique dressée par les Américains. C'est un missile qui a pulvérisé sa voiture quelque part en Syrie, où d'après le Pentagone il combattait depuis plus de deux ans. Al-Mouadan est l'un des organisateurs des attaques parisiennes et en préparait d'autres contre des intérêts occidentaux. Ce que l'on sait déjà, c'est qu'il connaissait le jihadiste belge Abdelhamid Abaaoud, celui qui a mené les commandos du 13 novembre dernier à Paris, avant d'être tué à Saint-Denis.

Lié à l'un des kamikazes du Bataclan

Charaffe al-Mouadan, qui tient un discours fondamentaliste et dispose d'un entraînement dans un stand de tir, apparaît en 2012 dans le collimateur des autorités françaises pour la première fois. Il est alors mis en examen dans un dossier terroriste, avec Samy Amimour qui n'est autre que l'un des kamikazes du Bataclan. Les deux hommes, amis, ont grandi à Drancy (Seine-Saint-Denis).

Ils veulent alors, avec un troisième ami, se rendre au Yémen ou en Afghanistan. Échappant à leur contrôle judiciaire, ils gagnent finalement la Syrie l'année suivante. Sur place, Charaffe al-Mouadan avait un surnom, un nom de combattant : Souleymane

À lire aussi

Un alias important puisqu'un des témoins du Bataclan a assuré devant les policiers qu'au cours de la fusillade, Amimour et son complice Mostafaï y avaient prononcé ce prénom et avaient même songé à l'appeler alors qu'ils étaient en pleine action. Un indice qui en dit long sur le rôle d'organisateur qu'a pu jouer à distance al-Mouadan, un mois et demi avant d'être réduit en poussière par un missile américain.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/