2 min de lecture Attentats à Bruxelles

Attentats à Bruxelles : des contrôles renforcés à la frontière franco-belge

Des témoins ont pu constater les effets du renforcement des mesures de sécurité mais certains observent une certaine perméabilité sur la frontière belgo-néerlandaise.

Un véhicule contrôlé à la frontière franco-belge, le 17 novembre 2015
Un véhicule contrôlé à la frontière franco-belge, le 17 novembre 2015 Crédit : AFP / Philippe Huguen
Julien Absalon
Julien Absalon
Journaliste RTL

En réaction aux attaques terroristes qui ont eu lieu mardi 22 mars à Bruxelles, la France et la Belgique ont pris des mesures de sécurité significatives. Les contrôles aux frontières ont notamment été "renforcés", comme l'indique Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, qui a décidé de "déployer 1.600 policiers et gendarmes supplémentaires" sur l'ensemble du territoire.

Les autorités belges ont également pris des mesures en ce sens. Mais à en croire des témoins cités par nos confrères de RTL.be, il semble que la frontière franco-belge soit particulièrement surveillée. "Je viens de passer la frontière française à Maubeuge. Les routes sont bloquées par la gendarmerie française et la police belge. Elles contrôles toutes les voitures de grosse puissance".

Deux véhicules activement recherchés

Le rythme de la petite commune de Baisieux, plongée dans la campagne lilloise, est bien plus agité ce mardi. Selon 20 minutes, les habitants ont vu débarquer plusieurs gendarmes peu après les attentats à Bruxelles

Selon le site d'information, les forces de l'ordre auraient d'ailleurs reçu une consigne, celle de repérer deux véhicules, particulièrement recherchés. Par conséquent, les coffres des gros véhicules sont obligatoirement ouverts, afin de s'assurer que personne ne se trouve à l'intérieur. 

La frontière néerlandaise ouverte ?

À lire aussi
Un dessin de justice représentant Mehdi Nemmouche, réalisé le 10 janvier 2019 lors de son procès. justice
Tuerie du Musée juif de Bruxelles : Mehdi Nemmouche condamné à la prison à perpétuité

En revanche, les moyens ne semblent pas être aussi importants sur la frontière entre la Belgique et les Pays-Bas. Un témoin affirme notamment être passé d'un pays à l'autre "sans le moindre contrôle" et sans avoir vu "la moindre présence de policiers". Pourtant, les services néerlandais de lutte contre le terrorisme (NCTV) affirment avoir "renforcé" les contrôles à sa "frontière sud" avec la Belgique.

Reste que ces surveillances ciblées des frontières pourraient peut-être s'expliquer par la nature du réseau terroriste présent en Belgique qui a des connexions avec la France, comme l'avait démontré Salah Abdeslam qui avait d'ailleurs franchi la frontière franco-belge pour fuir après le 13 novembre.

Marine Le Pen réclame une fermeture immédiate de la frontière franco-belge

La présidente du Front national a demandé dans un communiqué "la fermeture immédiate de la frontière franco-belge", à cause de la série d'attentats survenue à Bruxelles, ce mardi 22 mars. La députée ainsi que le mouvement qu'elle préside "apporte son soutien aux Belges frappés très durement ce matin (mardi) par la barbarie islamiste", déclare-t-elle. 

Marine Le Pen estime donc qu'il est "impératif de procéder à la fermeture immédiate de la frontière franco-belge". L'occasion pour la présidente du parti d'extrême droite de dénoncer une "fermeture fictive", établie depuis "plusieurs semaines", avant de réclamer le "rétablissement de contrôles sur l'ensemble des frontières nationales de notre pays". 

>> Suivez en direct l'évolution de la situation sur RTL.fr

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats à Bruxelles Belgique Bruxelles
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants