3 min de lecture Attentat à Nice

Attentat à Nice : retour sur la soirée meurtrière du 14 juillet et la nuit d'horreur

ÉCLAIRAGE - Plus de 100.000 personnes étaient présentes sur la Promenade des Anglais, à Nice jeudi 14 juillet. À 22h40, la ville est entrée dans l'horreur.

Yves Calvi RTL Matin Yves Calvi
>
Attentat à Nice : retour sur la soirée meurtrière du 14 juillet et la nuit d'horreur Crédit Image : Claude Paris/AP/SIPA | Crédit Média : Anaïs Bouissou | Durée : | Date : La page de l'émission
Anais Bouissou
Anaïs Bouissou et Marie-Pierre Haddad

Une nuit d'horreur, un carnage. La ville de Nice a été victime d'une attaque terroriste, perpétrée jeudi 14 juillet. Un homme à bord d'un camion blanc a foncé dans la foule et a fait au moins 84 morts et une centaine de blessés dont une cinquantaine se trouvent en état d'urgence absolue. Il avait "l'intention de tuer, d'écraser et de massacrer (...) Cette attaque, dont le caractère terroriste ne peut être nié, est encore une fois d'une violence absolue", a déclaré François Hollande qui a annoncé la prolongation de l'état d'urgence de trois mois. 

Les habitants de la ville sont réunis sur la Promenade des Anglais et viennent d'assister au feu d'artifice à l'occasion de la fête nationale. La rue est bondée. Des familles avec des enfants se trouvent sur place dans une ambiance festive. Environ 100.000 personnes étaient réunies dans les rues de la ville. 

22h40 : un camion fend la foule sur deux kilomètres

Tout bascule à 22h40. un camion blanc déboule, lancé à pleine vitesse, dans la foule. Selon les premières informations, il vient de l'aéroport. Il entame ainsi une folle course sur la Promenade des Anglais et fonce sur deux kilomètres. Quelques instants plus tard, une scène de panique règne dans la ville. Les minutes s'écoulent. Les forces de police et les ambulances arrivent sur le lieu du drame. 

À lire aussi
Le camion avec lequel Mohamed Lahouaiej-Bouhlel a tué 86 personnes le soir du 14 juillet 2016 à Nice Attentat à Nice
Attentat de Nice : la famille d'une victime accuse la mairie de "faute"

À 23h30, il n'y a plus de doute : il s'agit bien d'un attentat terroriste. Le bilan des victimes s'alourdit. Une heure après le drame, une trentaine de décès confirmés et des dizaines de blessés. Mickaël Lefevre, le correspondant de RTL à Nice, était sur les lieux du drame et décrit une scène de chaos. "Les gens qui se trouvaient là étaient sur la promenade Sud, côté mer. Ma famille doit la vie à ma femme car elle nous a dit de traverser avant le drame. C'est très compliqué, la ville est sous le choc", témoigne-t-il. 

Minuit : le conducteur du camion fou est décédé. "La mort du chauffeur a été confirmée. Plusieurs témoins disent avoir entendu des coups de feu, ce sont des coups de feu au minimum des policiers, en direction du camion", explique Thomas Prouteau, journaliste à RTL. "Il y a eu des coups de feu et le chauffeur a été abattu" par les policiers présents sur place, confirme le sous-préfet des Alpes-Maritimes, Sébastien Humbert. 

1h : la police scientifique procède aux premières investigations

Quelques minutes après le drame, devant le Palais de la Méditerranée, le camion blanc est immobilisé, les pneus crevés, la porte passager criblée d'impacts de balles. Vers 1h, la police technique et scientifique procéde aux premières investigations sur le camion. À Paris, un poste de crise se déploie, place Beauvau, où François Hollande se rend en urgence. En attendant, à Nice, toutes les forces de l'ordre et toutes les bonnes volontés sont rappelées. Laurent Laubry fait partie des policiers dans les commissariats niçois : "Des dizaines de policiers reviennent au travail, c'est l'apocalypse ici, je vous assure que c'est l'apocalypse".

L'apocalypse et l’horreur du nombre de morts qui augmente. À minuit et demi, le bilan provisoire est d'une soixantaine de décès. Le ministre de l'intérieur, Bernard Cazeneuve, se rend à Nice, où Éric Ciotti, président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes a du mal à réaliser. "Nous savons que la France est une cible. C'est une scène d'horreur, j'ai jamais vécu ça de ma vie", confie-t-il.

7h20 : un nouveau bilan fait état de 84 morts

La mobilisation de tous les hôpitaux de la région est ordonnée avec la mise en place du plan blanc, pour prendre en charge un maximum de victimes. Un numéro pour les familles est mis en place, le 04.93.72.22.22. La nuit continue et le bilan s'alourdit. Peu après 2 heures, le bilan s'élève à 73 morts. Ce matin, il s'est encore alourdi. Désormais, au moins 84 morts sont décédés dans cet attentat. Une centaine de personnes sont blessées dont une cinquantaine en état d'urgence absolue.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentat à Nice Terrorisme Daesh
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7784105866
Attentat à Nice : retour sur la soirée meurtrière du 14 juillet et la nuit d'horreur
Attentat à Nice : retour sur la soirée meurtrière du 14 juillet et la nuit d'horreur
ÉCLAIRAGE - Plus de 100.000 personnes étaient présentes sur la Promenade des Anglais, à Nice jeudi 14 juillet. À 22h40, la ville est entrée dans l'horreur.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/attentat-a-nice-retour-sur-la-soiree-meurtriere-du-14-juillet-et-la-nuit-d-horreur-7784105866
2016-07-15 08:15:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/bL-NFaaTY7TLZa9tUoiEeA/330v220-2/online/image/2016/0715/7784106720_la-ville-de-nice-a-ete-le-theatre-d-un-attentat-jeudi-14-juillet.jpg