2 min de lecture Féminisme

Amandine Henry : une Barbie à son effigie pour "briser le plafond des rêves"

VU DANS LA PRESSE - La célèbre poupée Barbie désigne chaque année une "femme d’exception" à l’honneur. Pour 2020, c’est Amandine Henry, capitaine de l'équipe de France de foot féminin, qui a été choisie.

Amandine Henry
Amandine Henry Crédit : Franck Fife / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien Journaliste

À 30 ans, Amandine Henry, capitaine de l’équipe de France de football féminin et milieu de terrain à l’Olympique Lyonnais, n’a plus rien à prouver. Footballeuse féministe au parcours exemplaire, la capitaine a désormais une barbie à son effigie, un projet dans la droite lignée de sa lutte contre les stéréotypes. C’est ce qu’a dévoilé, ce mardi 2 mars 2020, le célèbre créateur de jouets Mattel. Depuis 2015, celle-ci "a choisi de rendre hommage à des ‘femmes d’exception’ à travers le monde". C’est année, c’est au tour de la célèbre joueuse de l’OL.

Amandine Henry s’est ainsi engagée pendant un an à "véhiculer un message" pour combattre les stéréotypes et "briser le plafond des rêves", rapporte le journal 20minutes. En effet, d'après une étude, menée aux États-Unis, "jusqu’à 5 ans, les filles et les garçons ne font pas de distinction entre eux. Mais à partir de cet âge-là, les petites filles commencent à perdre confiance en leurs compétences et pensent ne plus pouvoir être celles qu’elles rêvaient d’être", explique Yannick Lapalu, responsable marketing de Barbie en France. Celle qui est l'auteur du livre Croire en ses rêves (éditions Rageot, 2019) était d’ores et déjà la candidate idéale

On peut être glamour et sportive à la fois, j’avais envie de casser ces codes

Amandine Henry, 20 minutes, le 3 mars 2020
Partager la citation

La joueuse entend prouver "à toutes les jeunes filles que rien ne leur est interdit. Aujourd’hui, tout est réalisable", confie-t-elle au magazine Elle. "On peut être glamour et sportive à la fois, j’avais envie de casser ces codes", a déclaré celle qui déplore aujourd'hui "avoir caché sa féminité" à l’adolescence. 

Désormais, Amandine Henry dit assumer totalement "de jouer au foot et de porter des talons en dehors de l’entraînement" et se réjouit d’une évolution - certes timide mais bien réelle - des mentalités. "On voit régulièrement aujourd’hui des papas et des petits garçons qui viennent nous voir jouer et nous soutenir. On a aussi des mamies, des mamans", conclut-elle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Féminisme Droits des femmes Football
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants