2 min de lecture Société

Alimentation : les insectes sont-ils l'avenir de notre agriculture ?

INVITÉ RTL - Les insectes "peuvent répondre aux enjeux qui s'imposent à nous", selon Samir Mezdour chercheur en science des aliments et procédés alimentaires, à Agro-Paris Tech.

Christelle Rebiere L'invité de RTL Midi Christelle Rebière
>
Alimentation : les insectes "peuvent répondre aux enjeux qui s'imposent à nous", selon Samir Mezdour Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière édité par Marie Gingault

C'est une question qui revient fréquemment, comment allons nous faire face aux futurs enjeux agricoles ? Pour Samir Mezdour, chercheur en science des aliments et procédés alimentaires, à Agro-Paris Tech, il y a quelques chose à faire du côté des insectes.

Pour le scientifique, les insectes peuvent "d'une certaine manière, répondre aux enjeux qui s'imposent aujourd'hui à nous, à savoir qu'à l'horizon 2050 nous allons être plus de 9 milliards d'habitants sur la Terre, qu'il va falloir nourrir toute cette population mais également nos animaux de compagnie, nos animaux d'élevage et que pour cela il va falloir augmenter la production agricole".

D'après la FAO (L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), cette production agricole devrait être augmentée jusqu'à 70% "et trouver d'autres modèles de production", précise le chercheur qui ajoute que "la pression va être notamment sur les protéines. Il va y avoir un besoin de protéines et il faut envisager un certain nombre de sources à explorer et les insectes en font partie".

Le risque est faible quand il s'agit des insectes

Samir Mezdour - chercheur en science des aliments et procédés alimentaires, à Agro-Paris Tech
Partager la citation

Si certains ont peur de revivre un épisode similaire à celui de la vache folle, Samir Mezdour se veut rassurant : "Le risque est faible quand il s'agit des insectes puisque la distance génétique entre l'insecte et l'homme est beaucoup plus grande que la distance qu'il y a entre la vache et l'homme". Ainsi les animaux pourront être nourris sans danger.

À lire aussi
Un TGV à la Gare de Lyon (Paris). transports
Les infos de 12h30 - Coronavirus : la pandémie pourrait coûter 5 milliards d'euros à la SNCF

Du côté des humains, les grillons, chenilles et autres insectes, très rarement dégustés dans l'hexagone pourraient, petit à petit, se faire une place dans nos assiettes. "Par le passé cette relation insecte-homme a existé dans tous les continents et aujourd'hui encore il y a plus de 2 milliard d'habitants qui consomment des insectes sous diverses formes", rappelle le chercheur qui admet tout de même un problème culturel en France à ce niveau là.

Ainsi, Samir Mezdour explique que les recherches actuelles portent sur la façon dont renouveler l'insecte "dans des traditions culinaires qui sont anciennes, mais également à travers des formulations nouvelles", telles que des biscuits, des barre de céréales ou des sauces. Par ailleurs, Agro-Paris Tech travaille actuellement sur la création d'un steak à base de protéine d'insectes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Alimentation Animaux
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants