2 min de lecture Société

Parentalité : avoir un enfant préféré, est-ce tabou ?

Pas simple de s'avouer et d'assumer sa préférence pour l'un de ses enfants. Mais cette préférence entre enfants existe t-elle vraiment ? Un sujet délicat abordé dans "On est fait pour s'entendre"...

Flavie Flament On est fait pour s'entendre Flavie Flament iTunes RSS
>
Aime-t-on ses enfants de la même façon ? Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Thibaud Chaboche

Si les parents nient avoir un enfant préféré, le ressenti au sein de certaines fratries laisse à penser que les liens sont plus complexes qu'on ne voudrait le croire. Sujet tabou, le favoritisme n'en est pas pour le moins exclu des foyers. Une étude américaine corrobore d'ailleurs ce postulat : 74% des mères et 70% des pères font du favoritisme, sans même s’en rendre compte...

Même caractère, ressemblance flagrante, genre... Divers critères viennent expliquer la différence de traitement entre frères et sœurs. Alors est-ce possible d'aimer tous ses enfants de la même façon ? Si c'est le cas, est ce possible d'ignorer ces préférences ? Comment les enfants, chouchous inclus, vivent-ils cette distinction ? Aimer différemment, est-ce aimer plus ou moins ?

Pour Nicole Prieur, philosophe et psychothérapeute, il n'y a pas de débats "On ne peut pas aimer ses enfants de la même manière. Dans certaines familles, il y a des préférences et c'est une réalité. Elles peuvent faire rire, mais aussi souffrir". Et si parfois les frères et sœurs y voient une compétition à qui va être le préféré, la distinction entre les sentiments les relations avec l'enfant est importante. "On confond sentiment et relation. L'amour est là pour chacun des enfants, c'est indéniable, mais on a des relations différentes et privilégiées avec chacun de nos enfants", analyse Isabelle Pailleau, psychologue. Et si les enfants peuvent en souffrir, les parents, eux aussi, peuvent culpabiliser...

Avoir un seul enfant, est-ce la solution ?

Alors, pour s'éviter un tas de questions, est-ce la solution de n'avoir qu'un seul enfant ? Christelle, auditrice RTL et mère d'une enfant de 10 ans, en est arrivée à ce constat. "On s'est posé la question pendant 7 ans. On a vu des fratries se déchirer. On s'est dit qu'on préférait que notre fille soit fille unique". La peur de ne pas pouvoir autant donner au deuxième enfant qu'on a donné au premier, mais aussi la peur d'afficher ses préférences. "On a une forte relation avec notre fille, et on ne s'imaginait pas aimer un autre enfant comme on l'aime, elle. C'est une question de personnalité", continue Christelle.

À lire aussi
Du soleil en automne (illustration) société
À quelle date tombe l’automne cette année ?

Lorsque la question se pose, intervient aussi le passé et le vécu des parents, qui se remémorent leurs enfances. Si certains ont bien supporté le fait d'être enfant unique, d'autres ont mal vécu cette période et ne souhaitent pas que leur fils ou fille vivent la même douleur, préférant alors avoir plusieurs enfants. 

Le sujet tabou de la préférence ne l'est donc pas forcément. Si notre amour pour eux est indéfectible et inégalable, la relation que l'on entretient peut différer selon les centres d’intérêts que vont avoir les enfants, et les points communs qui vont en ressortir. Des relations parents-enfants, qui évoluent et fluctuent avec l'âge, renforçant ou non les liens familiaux.

Venez témoigner

Vous souhaitez témoigner par écrit, intervenir dans l'émission ou proposer des sujets ? Envoyez-nous un mail à l'adresse suivante : onestfaitpoursentendre@rtl.fr (ici) ou contactez-nous en message privé sur nos réseaux sociaux : Facebook et Twitter !


"On est fait pour s'entendre", le magazine qui vous ressemble et vous rassemble, de 14h30 à 15h30, en direct sur RTL.

Invitées

- Nicole Prieur, philosophe et psychothérapeute.
Isabelle Pailleau, psychologue et thérapeute familiale.

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Société Flavie Flament On est fait pour s'entendre
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants