2 min de lecture Famille

Aidants familiaux : qui sont ces 500.000 jeunes aidants en France ?

Comme Mariam, Amina et Rama, trois soeurs qui aident quotidiennement leur maman malade, ils sont 500.000 jeunes aidants en France. Difficiles à repérer, ils ne bénéficient d'aucune reconnaissance ni d'aucun statut.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Aidants familiaux : qui sont ces 500.000 jeunes aidants en France ? Crédit Image : Thierry Zoccolan / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Bégot édité par Cassandre Jeannin

Reportage touchant et émouvant dans le Monde ce mardi 15 octobre. Le journal raconte l'histoire de Rama, Mariam et Amina, trois soeurs dont le quotidien est rythmé par la maladie de leur maman. Elle est atteinte d'une polyarthrite qui la condamne à vivre dans un fauteuil roulant. 

Rama, 9 ans, a quasiment toujours vu sa mère dans cet état. Quand elle rentre de l'école, la petite fille ne prend même pas le temps d'enlever son cartable ni de défaire ses lacets, elle se précipite dans la chambre de sa maman pour voir si elle va bien et si elle n'a pas besoin de quelque chose. Elle lui raconte ses bonnes notes, lui remonte le moral. 

Les deux plus grandes, Mariam 18 ans et Amina 14 ans, ont une toute autre routine. À l'heure où la plupart des adolescentes s'enferment dans leur chambre pour faire leur vie, les deux aînées s'inquiètent des tâches du quotidien : les courses, le ménage, les repas et les médicaments. Mariam, étudiante en BTS, a refusé d'aller faire ses études à Paris. Qu'irait-elle faire dans un studio à plus d'une heure de chez elle alors qu'ici ses parents et ses soeurs, dit-elle, ont besoin d'elle ? Mariam sait que tout ce qu'elle fait à sa place lui évitera les douleurs et la menace d'une hospitalisation. 

500.000 jeunes aidants en France

Mariam, Amina et Rama sont ce qu'on appelle de jeunes aidants, des enfants qui prennent soin d'un papa ou d'une maman malade. Comme elles, ils seraient aujourd'hui 500.000 en France. Pourtant, explique le Monde, ils n'ont aucune reconnaissance, aucun statut à faire valoir. Ils se retrouvent sans solutions auxquelles ils pourraient accéder : soutien scolaire, soutien psychologique ou aide à domicile. 

À lire aussi
Parlons-nous - Dublanche Parlons-nous
Vivre pour soi

Le problème c'est que ces enfants sont extrêmement difficiles à repérer. Comment, par exemple, pour un professeur distinguer un élève fatigué par l'abus d'écrans, de celui contraint de supporter une charge mentale d'adulte ? Aussi, bien souvent, ces enfants ne disent rien, ne se manifestent pas, soit parce qu'ils ne se reconnaissent pas comme aidants car ça leur semble naturel d'aider, soit parce qu'ils craignent d'être placés. 

Vers une politique de prévention ?

Le placement est souvent la seule réponse apportée par la protection de l'enfance , regrette Françoise Ellien. Cette psychologue a fondé l'association Je t'aide, l'une des seules en France à proposer depuis 2014 un dispositif de soutien à ces familles. Il y a, dit-elle, urgence à mettre en place une vraie politique de prévention pour ces enfants. 

Face au vieillissement de la population, à la hausse des maladies chroniques et à l'augmentation du nombre de famille monoparentale, ces jeunes seront de plus en plus nombreux à se trouver dans cette situation. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Famille Aide Enfants
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants