3 min de lecture Agression

Agression filmée d'une ado à Nancy : quand les internautes mènent l'enquête

Mise en examen, la jeune fille qui a agressé une autre ado dans une vidéo a d'abord été la cible d'une traque des internautes sur les réseaux sociaux. Comme beaucoup avant elle.

Agression filmée à Nancy
Agression filmée à Nancy
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

C'est l'aboutissement de 24 heures de traque et de déchaînement sur les réseaux sociaux. La jeune fille présentée comme la principale responsable de l'agression filmée d'une adolescente à Nancy a été mise en examen par une juge pour enfants dimanche 12 septembre pour "violences volontaires en réunion et sur personne vulnérable", en raison du léger handicap physique de sa victime, a indiqué le parquet. La suite judiciaire d'une histoire qui a figuré parmi les sujets les plus discutés sur Twitter et Facebook depuis le début du week-end.

Des claques puis des clics

Tout a commencé vendredi quand un internaute a publié sur Facebook une vidéo de trois minutes. On y voit un groupe de quatre adolescentes se livrer à une véritable expédition punitive contre une jeune fille assise sur un banc dans un parc pour "un regard de travers". Sous l’œil de ses complices qui filment la scène avec un téléphone portable, la leader du groupe bouscule et gifle à plusieurs reprises la victime qui finit par prendre la fuite, terrorisée.

Partagée sur Facebook et sur YouTube, la vidéo se répand comme une traînée de poudre. En l'espace de quelques heures, elle est visionnée plus de 200.000 fois et l'adolescente à l'origine de l'agression devient l'ennemie public numéro 1 des réseaux sociaux. Les groupes de "Soutien à la jeune fille agressée injustement par ..." se multiplient, jusqu'à cumuler désormais plus de 200.000 mentions "J'aime". Chaque post génère des centaines voire des milliers de commentaires.

De la chasse à l'homme à l'acharnement

Rapidement, la traque succède à l'indignation. Les internautes se mobilisent pour mettre un nom sur la meneuse de la bande. À visage découvert tout le long de la vidéo, elle est rapidement identifiée dans la journée de vendredi. Sur Twitter, son nom devient un des sujets les plus discutés. On apprend qu'elle préparait un bac-professionnel d'aide à la personne. Les utilisateurs du réseau social s'en donnent à coeur-joie. L'affaire tourne à l'acharnement. Les insultes fusent, notamment sur le physique de la jeune fille. Le mépris se déchaîne. Certains vont même jusqu'à divulguer ses coordonnées.

L'adolescente qui a agressé une autre jeune fille à Nancy est la cible des internautes depuis vendredi
L'adolescente qui a agressé une autre jeune fille à Nancy est la cible des internautes depuis vendredi Crédit : Capture d'écran
L'adolescente qui a agressé une autre jeune fille à Nancy est la cible des internautes depuis vendredi
L'adolescente qui a agressé une autre jeune fille à Nancy est la cible des internautes depuis vendredi Crédit : Capture d'écran

De nombreux précédents

À lire aussi
La justice (illustration) faits divers
Une Youtubeuse accuse un acteur de la Comédie-Française d'une violente agression

Ce n'est pas la première fois que les internautes se prennent à jouer les justiciers sur les réseaux sociaux. Au mois de février, la vidéo d'un Marseillais le montrant en pleine séance de lancer de chaton avait déclenché une chasse à l'homme menée de concert sur Facebook, Twitter et des forums communautaires comme 4Chan. Une traque désordonnée couplée d'une enquête participative lancée par la Police nationale via la plate-forme de signalement Pharos qui a rapidement permis d'interpeller le tortionnaire de félin, finalement condamné à un an de réclusion. Les forces de l'ordre n'avaient d'ailleurs pas manqué de remercier la mobilisation populaire.

Quelques jours plus tard, une vidéo montrant deux jeunes bousculer puis pousser un jeune handicapé dans un ruisseau près de Grenoble suscitait à nouveau des milliers de commentaires sur Facebook, ainsi qu'une pétition demandant à ce que son auteur "aille en prison pour avoir humilié un handicapé", avant d'être signalée sur Pharos. Les trois agresseurs avaient rapidement été identifiés et mis en examen.

En 2010 déjà, les internautes s'étaient emparés d'une vidéo montrant une Britannique de 45 ans jeter son chat dans une poubelle, où il était resté coincé une dizaine d'heures. Elle a été traduite en justice et condamnée à payer une amende de 250 livres

>
cat in bin in Coventry

À plusieurs égards, la justice du web peut donc participer à mettre en lumière voire à résoudre certaines agressions. Mais elle a aussi ses limites. La traque cède rapidement le terrain au harcèlement et certains internautes se retrouvent souvent à faire subir à l'agresseur ce qu'ils lui reprochaient en amont. Quitte à oublier que si filmer et diffuser des actes de violence sont des délits punis par loi, le harcèlement moral ou la divulgation de données personnelles le sont tout autant.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Agression Violences Réseaux sociaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants