1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. Affiche de la CGT : "Elle est choquante et injuste", dénonce Jean-Marc Falcone, le directeur de la police nationale
2 min de lecture

Affiche de la CGT : "Elle est choquante et injuste", dénonce Jean-Marc Falcone, le directeur de la police nationale

REPLAY / INVITÉ RTL - Jean-Marc Falcone, directeur général de la police nationale, déplore l'affiche créée par la CGT.

Jean-Marc Falcone, invité de RTL le 21 avril 2016.
Jean-Marc Falcone, invité de RTL le 21 avril 2016.
Crédit : Camille Kaelblen / RTL
Affiche de la CGT : "Elle est choquante et injuste", dénonce Jean-Marc Falcone, le directeur de la police nationale
09:26
Julien Absalon
Journaliste

La police ne digère pas l'affiche de la CGT. Créée par la section Info'Com du syndicat, elle vise à dénoncer les violences policières avec le slogan : "La police doit protéger les citoyens et non les frapper !" et une matraque posée sur un sol immaculé de sang. À peine l'affiche publiée, les syndicats policiers ont fait part de leur émoi, considérant qu'il s'agissait d'un "appel à la haine". Au micro de RTL, Jean-Marc Falcone, le directeur de la police nationale, condamne à son tour : "Cette affiche est choquante, outrageante et injuste pour l'ensemble des fonctionnaires de police".

Selon lui, cette affiche ne correspond pas à la réalité et ne traduit pas la confiance qu'ont les Français vis-à-vis des forces de l'ordre. "Les 150.000 fonctionnaires de police ont répondu l'année dernière à 9 millions d'appels de police-secours de nos concitoyens. Ils sont allés sauver des personnes", explique Jean-Marc Falcone tout en rappelant que ses services enregistrent "500 policiers blessés en moyenne par mois" mais aussi entre "5 et 10 policiers qui meurent en service par an". S'il explique ne pas être en mesure de porter plainte, il affirme cependant que le ministre de l'Intérieur "est en réflexion pour savoir s'il doit le faire".

L'affiche anti-police de la CGT qui a créé la polémique
L'affiche anti-police de la CGT qui a créé la polémique
Crédit : AFP

Les charges de CRS sont "proportionnées"

Malgré tout, l'action de la police est particulièrement décriée ces derniers temps par les manifestants contre la loi Travail. "On a une police républicaine dans ce pays qui use des moyens qui lui sont donnés avec une doctrine extrêmement précise et sévère sur l'utilisation de la force", se défend Jean-Marc Falcone. Reste que les charges des CRS contre les manifestants sont souvent critiquées par ces derniers, considérant qu'elles ne sont pas toutes employées à bon escient. Le directeur de la police assure cependant que ces charges "sont proportionnées aux agressions" dont ses troupes font l'objet, "que ce soit avec des œufs ou des pierres".

Reste qu'un policier a été récemment suspendu et doit faire face à la justice pour avoir frappé un lycéen, vraisemblablement sans que cela ne soit justifié comme le montre une vidéo qui a fait le tour du web. "Ce policier doit passer en jugement dans les prochaines semaines", assure Jean-Marc Falcone qui ne manque pas de rappeler sa détermination contre les policiers qui "commettent des fautes" ou emploient "la violence illégitime".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/