2 min de lecture Affaire Bygmalion

Affaire Bygmalion : "J'ai été sali", dit Patrick de Carolis, qui attend son procès "avec beaucoup de sérénité"

INVITÉ RTL - L'ancien président de France Télévisions brise un silence de près de deux ans, au micro de Marc-Olivier Fogiel sur RTL et avec son livre "Les Ailes intérieures", dans lequel il fait des révélations.

CHOQUET_245x300 L'Homme du jour Isabelle Choquet iTunes RSS
>
Patrick de Carolis est sorti du silence après deux ans de retrait, à l'approche du procès de l'affaire Bygmalion Crédit Média : Marc-Olivier Fogiel | Durée : | Date : La page de l'émission
Marc-Olivier Fogiel
Marc-Olivier Fogiel
et Clarisse Martin

L'affaire Bygmalion résonne comme une rengaine familière, mais celle qui concerne Patrick de Carolis n'est pas le même volet que celui des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy. Il est reproché à l'ancien président de France Télévisions d'avoir passé des contrats de communication avec la société, qui a été fondée par Bastien Millot, un ancien directeur de la communication de l'entreprise publique, pour un montant d'1,2 million d'euros. Patrick de Carolis est accusé d'avoir ordonné la signature de ces contrats, mais lui nie, même s'il juge que c'était des conventions favorables à France Télévisions. Selon lui, c'est un collaborateur, le secrétaire général de l'époque, qui a ordonné et signé ces contrats.

Mais Patrick de Carolis ne craint pas la justice. "J'attends le procès avec beaucoup d'impatience et de sérénité. Beaucoup d'impatience parce que tout ça n'a que trop duré, et puis avec beaucoup de sérénité parce que je n'ai rien à me reprocher", détaille-t-il. Sur le fait qu'il a été employé après son mandat de président de France Télévisions, par la société Bygmalion, il ne nie pas, mais explique aussi ne pas être accusé de quoi que ce soit par la justice à ce propos-là.

Dans son ouvrage Les Ailes intérieures, à paraître jeudi 8 septembre, Patrick de Carolis révèle qu'il aurait pu être renouvelé à son poste à la tête de France Télévisions, en 2010. La condition était la suivante : Nicolas Sarkozy souhaitait qu'il se sépare de plusieurs personnes de son équipe : Patrice Duhamel, Laurent Ruquier, Arlette Chabot, Franz-Olivier Giesbert et Patrick Sébastien. Une condition inenvisageable pour lui, qui lui aurait donc coûté son poste.

Interrogé sur l'actualité du jour, notamment à l'égard de Nicolas Sarkozy qui aurait demandé à Michel Field, le directeur de l'information de France Télévisions de reporter la diffusion d'une enquête d'Envoyé Spécial qui lui serait défavorable, Patrick de Carolis ne s'est pas prononcé. Jugeant l'affaire plausible mais aussi surprenante. "On n'est pas à l'abri de demandes de telle sorte", a-t-il déclaré.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Affaire Bygmalion France Télévisions Médias
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7784772194
Affaire Bygmalion : "J'ai été sali", dit Patrick de Carolis, qui attend son procès "avec beaucoup de sérénité"
Affaire Bygmalion : "J'ai été sali", dit Patrick de Carolis, qui attend son procès "avec beaucoup de sérénité"
INVITÉ RTL - L'ancien président de France Télévisions brise un silence de près de deux ans, au micro de Marc-Olivier Fogiel sur RTL et avec son livre "Les Ailes intérieures", dans lequel il fait des révélations.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/affaire-bygmalion-j-ai-ete-sali-dit-patrick-de-carolis-qui-attend-son-proces-avec-beaucoup-de-serenite-7784772194
2016-09-07 20:43:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/mIRTKmoDIhKKDtt83QOKJw/330v220-2/online/image/2014/0527/7772299956_patrick-de-carolis-ici-aux-victoires-de-la-musique-le-6-mars-2010-va-porter-plainte-contre-le-point-archives.jpg