3 min de lecture Société

14 juillet dramatique à Nice: un attentat au camion fou fait plus de 80 morts

REPLAY - Découvrez les sujets qui seront abordés dans l'émission "Les auditeurs ont la parole".

Les forces de l'ordre ont bouclé la Promenade des Anglais alors que les secours viennent en aide aux victimes de l'attaque du 14 juillet à Nice.
Les forces de l'ordre ont bouclé la Promenade des Anglais alors que les secours viennent en aide aux victimes de l'attaque du 14 juillet à Nice. Crédit : VALERY HACHE / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL

14 juillet dramatique à Nice: un attentat au camion fou fait plus de 80 morts

Un attentat le jour même de la Fête nationale: à Nice, un homme au volant d'un camion a commis un carnage jeudi soir, quelques instants après la fin du feu d'artifices du 14 juillet, tuant plus de 80 personnes en leur fonçant dessus sur la Promenade des Anglais.

Huit mois après les attaques jihadistes commises en novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, le président de la République François Hollande a évoqué, quelques heures après les faits, "une attaque dont le caractère terroriste ne peut être nié", annonçant la prolongation de trois mois de l'état d'urgence, qui devait s'achever le 26 juillet.

Il est attendu à Nice vendredi en compagnie du Premier ministre Manuel Valls, qui a évoqué dans la nuit une "immense douleur". 

Sur la Promenade des Anglais, qui était fermée à la circulation en ce soir de 14 juillet, les témoins de l'attaque, dont un journaliste de l'AFP présent sur place, Robert Holloway, ont décrit des scènes de panique lorsque le camion a fendu la foule, composée notamment de nombreuses familles.

À lire aussi
Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse à l'Elysée, le 1er décembre 2020. jeunes
Emmanuel Macron va "parler" aux jeunes, un exercice périlleux

Autour, "c'était le chaos absolu", "des gens hurlaient", a décrit Robert Holloway, qui assistait aux festivités du 14 juillet dans cette ville de la Côte d'Azur.

"Nous avons vu des gens touchés et des débris voler partout", a-t-il encore raconté, ajoutant qu'il avait très vite compris, que la "trajectoire en ligne droite" d'un camion de cette taille ne pouvait être que la résultat d'un "acte totalement délibéré".

Plusieurs personnes ont enjambé le parapet de la promenade pour se jeter en contrebas sur la plage et échapper au véhicule, dont la course longue de quelque 2 km s'est arrêtée non loin du Palais de la Méditerranée, pneus crevés et pare-brise criblé de balles. Son chauffeur a été abattu par les forces de l'ordre.

"Au moment où il a été abattu par les policiers, il avait fait feu plusieurs fois", a souligné le premier adjoint LR de la ville de Nice et président de la région Paca, Christian Estrosi.

Selon une source proche des enquêteurs, une grenade "inopérante" et des "armes longues factices" ont été retrouvées à bord du camion de 19 tonnes. Christian Estrosi avait auparavant évoqué le fait que le chauffeur du camion était en possession d'armes "lourdes".

Des papiers d'identité au nom d'un Franco-Tunisien de 31 ans, domicilié à Nice, ont été retrouvés à l'intérieur du camion mais l'identification formelle du chauffeur n'avait toujours pas été confirmée à l'aube vendredi.

Selon une source policière, l'homme figurant sur ses papiers est seulement connu pour des faits de droit commun.

Parmi les plus de 80 morts figurent plusieurs enfants, a précisé François Hollande. A ce lourd bilan, s'ajoutent des dizaines de blessés, dont 18 se trouvaient "en état d'urgence absolue", selon le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, qui s'est rendu sur place dans la nuit. 

De nombreuses zones de la ville ont été bouclées au cours de la nuit de jeudi à vendredi dans une ville dont les rues se sont peu à peu vidées de leurs habitants, appelés par les autorités à rester chez eux, notamment le temps de déterminer si le chauffeur avait agi seul.

L'enquête sur cet attentat, qui n'avait pas été revendiqué vendredi matin, a été confiée à la section antiterroriste du parquet de Paris.
                  
L'attentat commis à Nice est le plus important commis en Europe depuis les attentats qui ont fait 130 morts le 13 novembre 2015 à Paris et 32 morts le 22 mars 2016 à Bruxelles, commis par le réseau du groupe Etat islamique.

Edition spéciale dans RTL MIDI de 12h à 14h

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Police Brexit
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants