2 min de lecture Renault

Renault : "Même innocenté, Ghosn ne pourra plus diriger l'Alliance" explique Lenglet

Alors que Carlos Ghosn, le patron de Renault, est toujours en prison au Japon, l'État français commence à réfléchir aussi à sa succession.

LENGLET 245300 Lenglet-Co François Lenglet
>
Lenglet-Co du 17 décembre 2018 Crédit Image : ERIC PIERMONT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet et William Vuillez

Le patron de l'Alliance Renault Nissan est détenu depuis le 19 novembre. Renault a bien sûr nommé des dirigeants intérimaires, tout en confortant le rôle opérationnel du N° 2 de l'entreprise, Thierry Bolloré. Intérimaires, parce que les Français estimaient ne pas avoir de preuves de la culpabilité de Carlos Ghosn. Mais le temps passe, et cette situation incertaine commence à être préjudiciable à l'entreprise. Du coup, l'État commence à réfléchir à la suite.

Deux noms se détachent, pour succéder à Ghosn à la tête de l'Alliance. Didier Leroy, un Français qui est actuellement numéro de 2 de Toyota au Japon, et Jean-Dominique Senard, actuel patron de Michelin. Des pneus à la voiture, il n'y a qu'un pas, et il jouit d'une considération certaine parmi les patrons français. Dans tous les cas de figure, Ghosn ne pourra plus diriger l'Alliance. Si même il était intégralement innocenté, ses relations avec Nissan et le Japon ont atteint un tel degré d'animosité que ce serait impossible.


Nissan a tenté de contacter individuellement les administrateurs de Renault, pour les briefer la semaine dernière, avec un conseil d'administration. Et finalement un dossier de 400 pages serait arrivé la semaine dernière chez Renault, dans les mains des avocats de l'entreprise.

À lire aussi
Carlos Ghosn le 8 novembre 2018 à Maubeuge. auto
Renault : l'après-Carlos Ghosn se prépare

Une montagne de notes de frais

Il s'agit toujours d'omission de déclaration de revenus. Carlos Ghosn n'aurait pas signalé aux autorités boursières que des montants importants, qui s'évaluent en dizaines de millions d'euros, lui auraient été versés à son départ de l'entreprise. Pas de fraude fiscale au sens strict, donc.

Les révélations se succèdent dans la presse japonaise. Samedi, un contrat de Nissan avec un industriel indien était cité parce que la fille de Ghosn était très liée à la fille du patron indien. Ou bien encore une usine installée au Brésil dans la circonscription d'un gouverneur ami, aujourd'hui en prison pour corruption.

C'est la fameuse cassette néerlandaise qui alimente quotidiennement les colonnes de l'Asahi shinbun. Une sorte de réserve financière appartenant à Nissan mais gérée par son patron, avec laquelle des achats immobilier auraient été faits dans différentes capitales du monde. Selon le quotidien nippon, les enquêteurs ont découvert une montagne de notes de frais, notamment relatives à des voyages en famille.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Renault Carlos Ghosn Tokyo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795949426
Renault : "Même innocenté, Ghosn ne pourra plus diriger l'Alliance" explique Lenglet
Renault : "Même innocenté, Ghosn ne pourra plus diriger l'Alliance" explique Lenglet
Alors que Carlos Ghosn, le patron de Renault, est toujours en prison au Japon, l'État français commence à réfléchir aussi à sa succession.
https://www.rtl.fr/actu/conso/renault-meme-innocente-ghosn-ne-pourra-plus-diriger-l-alliance-explique-lenglet-7795949426
2018-12-17 10:06:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/pMH0XWKmhN7jwzcmLk865w/330v220-2/online/image/2018/1127/7795716340_carlos-ghosn-le-patron-de-renault-nissan.jpg