2 min de lecture Économie

Réforme des retraites : "Le gouvernement réfléchit à une reculade", dit Lenglet

ÉCLAIRAGE - Une nuée de problèmes, sociaux et économiques, se cache derrière la mise en place de la réforme des retraites par le gouvernement.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet
>
Réforme des retraites : le projet prend "un tour innatendu", dit François Lenglet Crédit Image : Auteur / Source / Crédit Kenzo TRIBOUILLARD / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Noé Blouin

Le projet de réforme des retraites prend un tour inattendu. Un solide front du refus syndical est en train de se constituer, avec un mouvement de grève qui s'annonce très suivi, au moins dans les transports publics, le 5 décembre prochain. Le gouvernement pensait éviter une telle épreuve, avec force, concertation et en mettant tout le monde dans le chaudron de la réforme. Finalement, les mécontents se coalisent.

Parmi ceux-là, il y a bien sûr les régimes spéciaux, ceux de la RATP, de la SNCF, de certains fonctionnaires, très avantageux, mais aussi ce qu'on appelle les régimes autonomes. Ce sont les professions qui gèrent elles-mêmes leur caisse de retraite, et ne veulent pas être fondues dans un régime universel. En fait, elles ont peur de payer pour les autres, car elles n'ont pas confiance dans les capacités de gestion de l'État - on ne peut pas leur donner tout à fait tort. Ce sont les avocats, les pilotes de ligne, les infirmières.
 
L'exécutif est en train de réfléchir à ce qui ressemble à une reculade, au moins en terme de calendrier, avant même l'épreuve sociale. On peut d'ailleurs penser que le front syndical va se durcir, en sentant la peur de l'adversaire. La reculade, ce serait de différer la mise en œuvre de la réforme, au moins pour les plus hostiles que sont les salariés des régimes spéciaux. Le risque étant que ces régimes perdurent des dizaines d'années, alors que les braves pigeons salariés du privé passeraient à la moulinette, n'ayant pas la capacité bloquer le pays. Les régimes deviendraient non plus spéciaux mais super-spéciaux. Pour une réforme qui voulait établir l'égalité entre les Français, ce serait évidemment regrettable.

Plus de problèmes que de solutions

Il existe des solutions. Il y a ce ce qu'on appelle la "clause du grand-père" généralisée. En clair, la réforme ne concernerait que les futurs entrants sur le marché du travail, et pas les actifs d'aujourd'hui. Ça veut dire qu'elle ne s'appliquerait que dans 45 ans. Rendez-vous donc en 2065... Avec quand même un problème de taille. Les taux de cotisation retraite ne seraient pas les mêmes pour les actifs d'aujourd'hui et ceux de demain, touchés par la réforme. Donc les salaires seraient différents pour des emplois identiques pendant un demi-siècle. Une chose difficilement concevable.

Et il y a bien d'autres problèmes qui se profilent. Parce que l'égalisation des conditions de retraite, quelle que soit la date envisagée pour la déclencher, nécessite l'égalisation des carrières. Les enseignants, par exemple, ont un salaire faible mais une retraite, proportionnellement, élevée. Si on les passe au régime général, il faudra revaloriser leurs traitements. Idem pour les policiers.

À lire aussi
Un 4x4 Jeep du groupe Fiat-Chrysler. environnement
Pourquoi le 4x4 est une source majeure d'émissions de CO2 et de réchauffement

Pour les fonctionnaires, il va falloir intégrer leurs primes dans le calcul, elles comptent pour 22% de leur rémunération. Chez les militaires, c'est 36%. Les intégrer, ça veut dire les frapper de cotisations, donc faire baisser leur pouvoir d'achat, à moins qu'on ne compense en partie. Pour résumer, de nombreuses professions vont demander un arrosage substantiel. Ce sont des milliards, des dizaines de milliards d'euros qu'il va falloir mobiliser pour mettre du lubrifiant dans cette machine infernale.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Réforme des retraites Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants