3 min de lecture Brexit

Brexit : pourquoi l'Angleterre va nous manquer

EDITO - Après 77 ans de règne, Elisabeth II devra mettre dans sa royale bouche les mots écrits par le Premier ministre, Boris Johnson, comme le veut la tradition.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet
>
Le Brexit entre dans sa phase finale Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Marie-Pierre Haddad

La Reine d'Angleterre prononcera aujourd'hui le discours du Trône, alors que le Brexit entre dans sa phase finale. "Chapeau bas, étrangers", ce sont ces mots qui seront prononcés tout à l'heure, lorsque la souveraine entrera à la Chambre des Lords, pour faire ce discours rituel. 

Après 77 ans de règne, Elisabeth II devra mettre sans sa royale bouche les mots écrits par le Premier ministre, Boris Johnson, comme le veut la tradition. Anti-brexit elle-même, elle va pourtant détailler la stratégie britannique pour les derniers jours qui restent avant la sortie de l'Union, le 31 octobre prochain, contrainte qu'elle est par la tradition politique britannique qui veut que la Reine se plie aux projets du Premier ministre en place.

Hier, Dominique Strauss-Kahn, ancien patron du FMI, se disait "brexiteur", indiquant que ce sera aussi une bonne affaire pour l'Europe.

Les Anglais vont nous manquer

Son argument étant que les Anglais nous ralentissent dans la construction européenne depuis quarante ans. Permettez-moi de ne pas être d'accord du tout avec lui. C'est une analyse plus que contestable. Les Anglais vont nous manquer. 

À lire aussi
Jeremy Corbyn, chef du Labour (principal parti d'opposition), le 4 septembre. Royaume-Uni
Brexit : Boris Johnson mène-t-il des négociations secrètes avec Donald Trump ?

D'abord parce qu'il faut des empêcheurs de tourner en rond, dans toute association comme celle-là. Anti-fédéralistes à bloc, ils ont empêché certains transferts de souveraineté, par exemple en matière fiscale. Qui peut s'en plaindre, alors qu'on voit aujourd'hui que ces transferts sont récusés par les opinions publiques ? 

Si Londres n'avait pas été dans le marché commun, à coup sûr, nous aurions déjà des impôts européens - on a déjà de quoi faire avec les impôts nationaux. Et peut-être y aurait-il, à cause de cela, plusieurs pays prêts à sortir. Certes, mais c'est vrai qu'ils étaient souvent contre les propositions de la Commission ?

Le Royaume-Uni, seul interlocuteur de la France

Au nom de leur tradition politique profondément démocratique, dans laquelle des fonctionnaires ne peuvent pas faire la loi seuls. Là encore, c'est contraire à l'idée française, où une petite élite décide et prépare les progrès de l'Europe avalisés plus tard par les parlementaires nationaux. 

Mais cette approche britannique, foncièrement indépendante, foncièrement démocratique, apportait un précieux contrepoids. J'ajoute que le Royaume-Uni était le seul interlocuteur de la France sur des sujets régaliens très importants.

Lesquels ? La défense et la politique étrangère, excusez du peu. Comme c'est un très vieux pays, qui a eu un empire, comme la France, c'est aussi un pays qui se pense spontanément comme universel. Ça peut sembler daté, mais la France a exactement la même perception. Ce qui se passe dans le monde nous concerne, nous y avons des intérêts à défendre. 

Le départ de Londres va nous laisser dans un tête à tête avec l'Allemagne

Comme les Anglais. Conséquence de cela, le Royaume-Uni est le seul pays qui, avec la France, possède en Europe une armée capable de se projeter à l'extérieur des frontières. C'est bien sûr un soutien essentiel à la diplomatie.

Sans armée, on n'est pas écouté. C'est pour cela que la voix de l'Allemagne ne compte guère. J'ajoute que le départ de Londres va nous laisser dans un tête à tête avec l'Allemagne qui n'est pas très sain, maintenant que la bonne volonté automatique de la réconciliation d'après-guerre s'évanouit.

Le centre de gravité politique de l'Angleterre va s'éloigner, avec le Brexit ? Je ne peux, pour vous répondre, que citer De Gaulle, écrivant dans ses mémoires : "M. Churchill et moi tombâmes modestement d'accord, pour tirer des événements qui avaient brisé l'Occident, cette conclusion banale mais définitive : l'Angleterre est une île, la France, le cap d'un continent, L'Amérique, un autre monde". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Brexit International Vidéo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants