1 min de lecture Réforme des retraites

Réforme des retraites : "Des concessions significatives du gouvernement", estime Lenglet

ÉDITO - Selon François Lenglet, il y a eu "des concessions significatives" dans les annonces faites par Édouard Philippe concernant la réforme des retraites mercredi 11 décembre.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet
>
Réforme des retraites : François Lenglet évoque "des concessions significatives" du gouvernement Crédit Image : Thomas SAMSON / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par William Vuillez

Le Premier ministre a donc présenté sa réforme des retraites ce mercredi 11 décembre et on peut en retenir trois idées simples. D'abord, la transition vers le nouveau régime universel va être longue. En ne touchant que les actifs nés à partir de 1975, la réforme exclu à peu près une moitié de ceux qui sont au travail aujourd'hui. 

Pour l'autre moitié qui est concernée, la transition va être très progressive parce que le premier retraité qui touchera une pension intégralement calculée selon le nouveau système, prendra sa retraite en 2065. Deuxième idée, les retraites seront à l'avenir mieux valorisées qu'elles ne le sont aujourd'hui car elles seront indexées sur les salaires.

Troisièmement, on va travailler plus longtemps. À partir de 2027, si on s'arrête avant 64 ans, nous subirons une petite réduction de la pension et si on travaille après cette âge, le contraire, une petite majoration. 

Des concessions significatives

La vague de contestations après les annonces d'Édouard Philippe sont d'autant plus étonnantes qu'il y a eu des concessions significatives de la part du gouvernement. La transition, les bonifications pour les familles nombreuses, des aménagements pour les métiers pénibles y compris dans la fonction publique. 

À lire aussi
Jean-Luc Mélenchon lors de l'Assemblée représentative de la France Insoumise le 23 juin 2019 Jean-Luc Mélenchon
Les infos de 12h30 - "Essayez la dictature" : Mélenchon répond à Macron

Ce qui bloque c'est l'allongement de la carrière jusqu'à 64 ans. Un chiffre rouge, parce que la CFDT, premier syndicat français n'en veut pas. Laurent Berger le patron de ce syndicat considère que cela n'est pas nécessaire. C'est l'énième épisode de  bisbille entre la CFDT et le gouvernement, plus particulièrement Emmanuel Macron. Les deux hommes ne se sont jamais compris. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réforme des retraites Syndicats Édouard Philippe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants