2 min de lecture Économie

Pourquoi le chèque est-il le moyen de paiement le plus fraudé en France ?

Selon la Banque de France, le bon vieux chèque est devenu le moyen de paiement le plus fraudé en France, l'an dernier, devant la carte bancaire. Pourquoi ?

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau iTunes RSS
>
Pourquoi le chèque est-il le moyen de paiement le plus fraudé en France ? Crédit Image : BERTRAND GUAY / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Thomas Pierre

On paie huit fois plus par carte bancaire que par chèque aujourd'hui. Et le phénomène d'extinction se poursuit depuis des années. Un peu comme le timbre poste. Les volumes de chèques ont diminué de 11% en 2018. 

Pourtant, c'est ce qui a été le plus falsifié l'an dernier : un peu plus d'un milliard de fraude en tout dont 450 millions pour les chèques. La sécurité sur les paiements par carte bancaire été renforcée, et ça va encore être amélioré avec des nouvelles normes en septembre, car cela accompagne le développement du e-commerce, un marché qui progresse de 20% par an. 

En revanche, le chèque en bois à l'ancienne ou le chèque volé lors d'un cambriolage ou le chèque gratté pour changer le nom du bénéficiaire, qui fait "so XXe siècle", marche toujours.
C'est facile, c'est pas cher et ça peut rapporter gros puisque le montant moyen fraudé par chèque est de 2704 euros. 

Les Français très attachés au chèque

Il faut dire que le chèque est une exception française. Sur dix chèques signés en Europe, sept viennent de France. Le chèque qui a été introduit dans le quotidien des Français en 1865 et a vraiment décollé pendant les 30 Glorieuses quand les patrons ont versé les salaires par chèque. Et ce moyen de paiement fait de la résistance.

À lire aussi
La croissance française est de 0,3% sur le dernier trimestre selon l'INSEE économie
Les réformes ont surtout amélioré le niveau de vie des ménages aisés, selon l'INSEE

Le chèque reste d'ailleurs souvent le mode de paiement des gros achats. On en fait chacun une trentaine par an mais pour un montant moyen de 507 euros. Et le poids du chèque va continuer à baisser dans notre économie, c'est écrit, car le paiement sans contact se développe : plus de deux milliards de transactions par an. Le paiement par mobile se développe aussi ainsi que "l'instant payment" qui va permettre de faire des virements de compte à compte en 10 secondes.

Est-ce la mort du chèque à court terme?

Pas si sûr. Les banques aimeraient bien, car cela leur coûte deux milliards et demi par an de traiter chèques. Mais le chéquier garde un rôle social très fort. C'est un service gratuit. Les ménages modestes y ont accès alors que, parfois, la carte bancaire est trop chère pour eux.

Et puis, le chèque est beaucoup utilisé par les personnes âgées, celles qui ont le plus de mal avec le digital. Enfin, vous avez tout un pan de professions libérales, médicales notamment, qui ne veulent pas avoir de terminaux de paiement pour la carte bleue et qui continuent à prendre les chèques. Cela n'est pas si négligeable que ça.

Dans un monde idéal, on déclarerait le chèque obsolète et on donnerait une date de fin avant de le dématérialiser comme on a fait pour les chèques restaurant par exemple. Mais ce serait beaucoup d'ennuis au niveau politique. En 2016, le gouvernement avait essayé de réduire la durée de validité d'un chèque pour accélérer son déclin. La disposition avait été retoquée par les députés.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Argent Fraude
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants