2 min de lecture Industrie

Michelin : comment le Bibendum a été dévoré par la concurrence chinoise

On le redoutait depuis quelques semaines. Jeudi, Michelin a annoncé qu'il allait fermer, l'an prochain, son usine de pneus poids lourds à La Roche-sur-Yon. Le site vendéen emploie 619 personnes.

L'Eco and You - Martial You L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
Comment Michelin a été dévoré par la concurrence chinoise Crédit Image : GUILLAUME SOUVANT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Thomas Pierre

Michelin ferme son site de La Roche-sur-Yon. Il faut bien se rendre compte du choc d'une telle annonce. D'abord, on parle du deuxième plus gros employeur privé de la préfecture vendéenne, dans la région de France où le chômage est le plus bas du pays. C'est le plein emploi en Vendée. À Cholet, dans les Mauges, une autre usine qui fournit La Roche-sur-Yon sera impactée aussi.

Pourquoi y a-t-il un tel dérapage des pneus Michelin ? Le marché du pneu, globalement, souffre d'une guerre des prix féroce depuis 10 ans. Le Bibendum vient d'être dévoré par un ogre plus gros que lui : la Chine. Depuis Barack Obama, leurs pneus chinois sont surtaxés aux États-Unis. Bien entendu, le mandat Trump n'a rien arrangé.

En perdant l'accès au marché américain, la Chine a mis tous ses œufs, ou tous ses pneus, sur le marché européen. En cinq ans, les pneus chinois sont passés de 5% de parts de marché à 30%.Mais la qualité n'est pas la même, et c'est depuis toujours l'atout de Michelin.

Michelin, victime du ralentissement mondial

Michelin a toujours dit qu'avec une stratégie "premium", beaucoup de recherche et développement, il pouvait justifier de vendre ses pneus plus cher. Notamment parce qu'un pneu Radial durait plus longtemps et faisait faire des économies à son client. 

Le problème, c'est que cette politique de "premiumisation" n'est plus valable aujourd'hui. Surtout sur les pneus camion. D'abord, les Chinois ont amélioré leur qualité mais vendent toujours 30% moins cher. Ensuite, on parle du marché des poids lourds. Et la logistique, le transport routier, c'est un formidable thermomètre de l'état de l'économie mondiale.

À lire aussi
Thierry Bolloré Carlos Ghosn
Renault se sépare de son directeur général Thierry Bolloré pour clore l'ère Ghosn

Trimestre après trimestre, on revoit la croissance des pays à la baisse. C'est toujours assez théorique comme notion. Mais quand vous avez une économie mondiale qui ralentit en Chine, qui plonge en Allemagne, qui est maintenue artificiellement aux États-Unis en asphyxiant les autres, on transporte moins de marchandises, on fait rouler moins de camions. On renouvelle moins les pneus et quand on le fait, on le fait à moindre coût. 

Voilà ce qui est en train de pénaliser Michelin. Le groupe prévoyait de vendre 197 millions de pneus cette année, ce sera finalement deux fois moins.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Industrie Michelin Économie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants