2 min de lecture Auto

Fusion PSA-Fiat : une alliance complémentaire et indispensable

ÉCLAIRAGE - PSA et Fiat-Chrysler ont officialisé leur alliance ce 31 octobre. Une fusion aussi complémentaire qu'inévitable, dans une industrie automobile en plein changement.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet
>
Fusion PSA-Fiat : une alliance complémentaire et indispensable Crédit Image : BILL PUGLIANO, Daniel ROLAND / AFP / dpa | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
245 _TASSART
Bénédicte Tassart
édité par Noé Blouin

Fiat-Chrysler et PSA ont presque scellé leur union. Les deux constructeurs vendent chaque année près de 9 millions de voitures dans le monde, soit un peu moins de 10% du gâteau que représente le marché automobile mondial. Peugeot, Citröen, DS, Fiat, Alpha Roméo, Dodge, Chrysler, Lancia, Jeep ... Le contrat doit donc être signé ce jeudi 31 octobre. On assiste à la création du 4ème groupe mondial, derrière Wolkswagen, Renault-Nissan-Mitsubishi et Toyata, tous des mastodontes possédant pléthore de marques.

En ce moment, chaque petit constructeur se cherche un fiancé. La principale raison de cet empressement, c'est la révolution technologique qui est en cours. La voiture électrique et autonome se concrétise, et pour réussir cette transformation, pour passer du moteur à explosion à l’électrique, il faut investir.

Récemment, un cabinet d’audits a estimé que, sur les 8 prochaines années, le secteur automobile allait devoir débourser 230 milliards d'euros pour électrifier les véhicules. Les constructeurs vont y dépenser la moitié de leur marge en investissement, pour changer les usines, former le personnel, acheter de l'électronique et de l'intelligence artificielle. Des petits, comme Tesla, avancent vite. Il faut donc se dépêcher et pour amortir ces nouveaux coûts il faut vendre beaucoup de voitures et donc grossir.

Ce n'est pas tout, il faut aussi investir pour répondre aux nouvelles normes environnementales qu'imposent les gouvernements et le réchauffement climatique. Dans le cas de PSA et de Fiat-Chrysler, le premier est en avance sur l’électrique et sur la diminution de CO2. Deux points sur lesquels l'italien est à la traine, Fiat pollue beaucoup et a tout intérêt à valider ce mariage.

Une opportunité pour PSA de retourner sur le marché américain

À lire aussi
Une voiture électrique en charge. (Illustration) économie
Transports : la Commission européenne dit oui à "l'Airbus des batteries"

Ce n'est pourtant pas une bonne période pour la vente de véhicules. Ford vient, par exemple de supprimer 7.000 emplois dans le monde, l'Indien Tata est très fragilisé ... Une autre raison pour grossir. Cette course à la taille est inexorable pour explorer tous les marchés de la planète.

Sur ce point, il peut y avoir complémentarité entre PSA, très fort en Europe, et Fiat-Chrysler, bien installé aux États-Unis. Les Américains connaissent bien Jeep, les pick-ups Dodge ... La moitié des ventes de Fiat-Chrysler se fait outre-Atlantique. De son côté PSA rêve de l'Amérique, qu'il a quitté il y a 30 ans. Le PDG du groupe, Carlos Tavares veut revenir chez les Yankees par la grande porte.

Un autre contient inquiète cependant. L'Asie donne en ce moment un coup de frein à ses achats de voitures. Là-bas, les deux constructeurs sont en difficulté, des usines devraient d'ailleurs fermer en Chine.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Auto Auto Fiat
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants