2 min de lecture Renault

Échec de la fusion avec Fiat-Chrysler : "Renault se retrouve au point de départ", dit Lenglet

Dans la nuit du mercredi 5 au jeudi 6 juin, Fiat-Chrysler, le constructeur automobile, a décidé de retirer son offre de fusion avec Renault.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet
>
Échec de la fusion Fiat-Renault : "Renault se retrouve au point de départ", dit Lenglet Crédit Image : Kazuhiro NOGI / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Camille Schmitt

Après deux jours de négociations, Fiat-Chrysler, le constructeur automobile, a décidé de retirer son offre de fusion avec Renault. Épilogue incroyable pour ce projet de constituer le troisième groupe automobile mondial.

Dans la nuit du mercredi 5 au jeudi 6 juin, après un conseil de Renault qui avait remis à plus tard sa décision sur la fusion, l'Italien a publié un communiqué, indiquant que les "conditions politiques" en France n'étaient pas réunies pour qu'un tel accord se fasse. Et il a unilatéralement retiré son offre de fusion à 50/50. Ce qui rompt toutes les négociations.

Le paradoxe, c'est que les conditions réclamées par l'État français étaient à peu près satisfaites. Et même au-delà, puisque d'après nos informations, on avait obtenu cette nuit-même 500 millions en plus. Mais l'État, gros actionnaire de Renault sans lequel le deal ne pouvait se faire, a demandé mercredi un délai de réflexion : une semaine, le temps du voyage de Bruno Lemaire au Japon. En particulier pour convaincre les Japonais de Nissan, les alliés de Renault, qui se seraient abstenus.

Des conséquences négatives pour Renault

Certes, les Japonais avaient été tenus à l'écart de la négociation initiale, les relations s'étaient détériorées avec les Français. Mais la réaction de l'État est quand même étonnante, de faire échouer cette affaire, alors que les Japonais n'étaient pas vraiment hostiles, puisqu'ils s'abstenaient. En bref, ce sont les Italiens qui rompent, agacés par l'État français, qui lui-même redoutait que les Japonais ne soient pas contents.

À lire aussi
Carlos Ghosn a été libéré sous caution, a-t-on appris jeudi 25 avril 2019 Renault
Carlos Ghosn : "Le pouvoir excessif conduit à la dérive", estime François Lenglet

On voit mal les négociations repartir aujourd'hui, après un tel pataquès. La morale de cette histoire, c'est qu'une telle fusion est probablement tout simplement trop compliquée à négocier. En fait, c'est un peu la tour de babel automobile.

Et les conséquences de cet échec sont mauvaises. Renault se retrouve au point de départ, toujours trop petit, toujours trop centré sur l'Europe. Et avec à son capital un État interventionniste qui veut compter davantage que son poids actionnarial dans le futur de l'entreprise. Sans compter l'alliance avec Nissan, qui est verrouillée par des accords très déséquilibrés au détriment du Français. En clair, aujourd'hui, Renault est à la fois une entreprise qui a besoin de grandir et plus difficile à marier que jamais. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Renault Nissan Fiat
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants