1 min de lecture Viticulture

Bourgogne : une récolte de vin très faible mais un millésime "frais" et "gourmand"

Malgré les faibles récoltes de cette année dans la région Bourgogne, les experts se réjouissent des vins "superbes, frais et gourmands".

Des vignes (illustration)
Des vignes (illustration) Crédit : AFP / Éric Féferberg
Lilas Fournier et AFP

C’est l’une des plus petites récoltes en 20 ans. Estimée à 1,2 million d'hectolitres, l'interprofession des vins de Bourgogne a présenté dimanche 17 novembre la collecte avant la légendaire vente des Hospices de Beaune, un millésime notable pour ses volumes en berne mais également pour sa "fraîcheur" et sa "gourmandise".
 
Pour François Labet, le président du Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB), "2019, c'est une année singulière et extrêmement contrastée". Avec des volumes "très en dessous d'une année moyenne", enregistrant une baisse de 34% par rapport à 2018 qui touche particulièrement le Mâconnais et les crémants, selon l’organisation bourguignonne.
 
Le millésime 2018, surtout, "exceptionnel" tant en qualité qu'en quantité, représente "un phénomène rare, comme un vigneron en voit seulement une fois ou deux dans sa vie", accorde un communiqué du BIVB.

Moins de bouteilles mais une qualité "superbe"

Dans le domaine des Hospices de Beaune, seules 589 pièces (fûts de 228 litres), décrites comme "superbes", ont été mises à la vente dimanche 17 novembre. Un chiffre bien moindre que l’an passé, où le domaine avait proposé 828 pièces.

Du gel en avril, une floraison paresseuse en raison du froid au mois de juin puis des vagues de canicules durant l’été, les modestes récoltes s’expliquent par une météo capricieuse et des accidents climatiques récurrents cette année. Certains vignobles ont manqué d’eau et parfois de potassium.

Les ventes se portent bien

Malgré cela, les chiffres des ventes de vins vont bon train en Bourgogne, notamment grâce à l’export. En hausse de 6,9% en volume sur les huit premiers mois de l'année (56 millions de bouteilles) et 9,3% en valeur (650 millions d'euros), les Etats-Unis représentent le premier marché export de la région. En revanche, les viticulteurs s’inquiètent des droits de douane de 25% imposées depuis fin octobre chez son voisin outre Atlantique, bien que le commerce entre les deux pays reste à cette heure invulnérable. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Viticulture Vin Économie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants