1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Vaccin contre le coronavirus : à quoi servirait une 3e dose ?
1 min de lecture

Vaccin contre le coronavirus : à quoi servirait une 3e dose ?

Le laboratoire américain Pfizer va demander aux autorités américaines et européennes l'autorisation pour une troisième dose de son vaccin, réalisé avec BioNTech, contre la Covid-19.

Photo d’une seringue de vaccin Pfizer/BioNtech contre le Covid-19. (Illustration)
Photo d’une seringue de vaccin Pfizer/BioNtech contre le Covid-19. (Illustration)
Crédit : FRED TANNEAU / AFP
Victor Goury-Laffont

Pour lutter contre la diffusion de variants, faudra-t-il retourner se faire vacciner ? Les laboratoires Pfizer et BioNTech, qui ont conjointement produit un vaccin contre la Covid-19, ont annoncé leur intention de demander prochainement aux autorités américaines et européennes l'autorisation pour qu'une troisième dose de leur vaccin puisse être injectée, alors que plusieurs pays subissent une ré-augmentation des cas provoquée par le variant Delta.

Une étude du gouvernement israélien publiée le 5 juillet estime que, face au variant Delta, ce vaccin protège à 93% des formes graves et des hospitalisations, mais à 64% seulement des infections et des formes symptomatiques. Pfizer et BioNTech considèrent qu'une dose de rappel pourrait augmenter l'immunité, et explique que des tests ont été lancés pour "confirmer cette hypothèse".

Depuis le début de la campagne de vaccination, une 3e dose est déjà offerte aux personnes immunodéprimées, comme celles qui sont sous chimiothérapies ou qui ont reçu une transplantation d'organe. Une population qui comprend, selon les estimations du Conseil d’Orientation de la Stratégie Vaccinale, 230.000 français.

Une 3e dose pour les résidents des Ehpad ?

Celle-ci pourrait rapidement augmenter. Face au variant Delta, le Conseil scientifique a recommandé, le 6 juillet, d'offrir des 3e doses aux résidents d'Ehpad. Un conseil qui s'appuie sur quelques études qui montrent que 30% de cette population ne présente pas d'anticorps contre le virus même en ayant reçu deux doses. Bien qu'il "n'existe pas de données actuellement" sur l'efficacité d'une 3e dose, "l’absence d’effets indésirables graves dans cette population" amène le Conseil à considérer que les possibles bénéfices pèsent davantage que les risques.

À lire aussi

Le 8 juillet, lors du congrès annuel des villes de France, le Premier ministre Jean Castex confirmé que "pour les plus vulnérables, qui ont été vaccinés en premier (...) il nous faudra une 3e dose parce que les défenses immunitaires s'affaiblissent".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/