1 min de lecture Sexualité

Sida : les fausses croyances persistent chez les étudiants

A quelques jours de la journée de lutte contre le sida, Opinion Way dévoile une enquête inquiétante des habitudes sexuelles chez les étudiants.

Un préservatif (illustration)
Un préservatif (illustration) Crédit : iStock
Lilas Fournier Journaliste

Les fausses croyances sur le sida persistent, tout comme les comportements sexuels à risque chez les lycéens et étudiants en France. Une enquête Opinion Way montre que plus d'un étudiant sur deux déclare ne pas utiliser de préservatif à chaque rapport sexuel. L'étude témoigne qu'il y a même une réduction de l'usage de cette protection. 

De plus, 54% des étudiants ne se font pas systématiquement dépister lorsqu'ils changent de partenaire. Et 42% d'entre eux estiment ne pas avoir pris un risque. Un étudiant sur cinq ne se fait jamais dépister après avoir changé de partenaire, alors que certaines infections sexuellement transmissibles ne présentent aucun symptôme clinique et peuvent rendre stériles. 

De nombreuses fausses informations persistent chez certains étudiants. Deux jeunes sur dix pensent encore que l'on guérit facilement du VIH-sida avec les traitements actuels. 19% présument que les moustiques peuvent transmettre le virus en piquant. Or, l'insecte injecte de la salive.

La journée mondiale du Sida lutte contre les préjugés

Des chiffres inquiétants, à quelques jours de la journée mondiale de lutte contre le sida qui aura lieu dimanche 1er décembre. Le VIH peut se transmettre lors de rapports sexuels non protégés, par le partage de matériel d'injection (de drogues, par exemple) mais aussi de la mère à l'enfant s'il n'y a pas eu de traitement. 

À lire aussi
La masturbation féminine est indispensable pour découvrir ses désirs Sexe
"Les vertus de la masturbation sont innombrables", selon Andréa Bescond

Une autre étude Opinion Way publiée au printemps dernier montrait que 12% des personnes interrogées entre 14 et 28 ans pensent que l'on peut attraper le sida en embrassant une personne séropositive et 6% en buvant dans le verre d'une personne malade. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sexualité Santé VIH
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants