1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Rentrée : ce qu'il faut savoir sur les vaccins obligatoires
1 min de lecture

Rentrée : ce qu'il faut savoir sur les vaccins obligatoires

ÉCLAIRAGE - À une semaine de la rentrée, les parents doivent penser aux vaccins devenus obligatoires pour leur progéniture en janvier dernier.

Depuis le 1er janvier, 11 vaccins sont obligatoires (image d'illustration)
Depuis le 1er janvier, 11 vaccins sont obligatoires (image d'illustration)
Crédit : AFP
Rentrée : ce qu'il faut savoir sur les vaccins obligatoires
01:42
Odile Pouget

J-7 avant la rentrée des plus jeunes. Pour les parents des plus petits qui travaillent, c'est déjà l'heure de placer les enfants en crèche. Une problématique s'impose : depuis le 1er janvier, 11 vaccins sont obligatoires, même si les parents ont un délai de trois mois pour se mettre en conformité.

À commencer par présenter les bons documents : le carnet de santé, une photocopie de la page vaccination ou une attestation signée du médecin. Quelque soit le document choisi, il faut des mentions très précises : noms des vaccins, numéro de lot, date des injections.

Par exemple, pour un bébé de 3 mois qui rentre en crèche lundi 27 août, il doit avoir déjà  reçu sa première dose de DTP, diphtérie tétanos polio. C'était déjà obligatoire avant, mais il faudra aussi sa première dose contre la coqueluche, l’hépatite B, le pneumocoque et l'haemophilus influenza B, c'est la méningite chez l'enfant.

Pour le ROR (rougeole oreillons rubéole) et le méningocoque C, la vaccination intervient plus tard.

3 mois pour régulariser les vaccins

À lire aussi

Si l'enfant n'a pas tous ses vaccins, pas de panique, il sera admis provisoirement en crèche. Le code de santé publique le stipule. Ensuite, ses parents ont 3 mois pour régulariser la situation. Si passé ce délai, rien n'est fait, le bébé pourra être exclu de la crèche. C'est la sanction ultime.

Les responsables de crèches ont reçu des plaquettes pédagogiques pour expliquer les bienfaits de cette protection collective. Mot d'ordre : convaincre plutôt que contraindre. Rappelons qu'il n'y a pas de clause d'exemption pour des parents qui seraient philosophiquement opposés à la vaccination.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/