1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Michel Cymes nous alerte sur les bienfaits de la lecture sur notre cerveau
2 min de lecture

Michel Cymes nous alerte sur les bienfaits de la lecture sur notre cerveau

Ouvrir un livre permet s'évader, de s'instruire ou de se détendre. Mais la lecture est aussi un très bon moyen de faire travailler notre cerveau. Les explications du médecin Michel Cymes.

Une rangée de livres
Une rangée de livres
Crédit : Thinkstock / tonyduoduo
Michel Cymes nous alerte sur les bienfaits de la lecture sur notre cerveau
03:05
Michel Cymes nous alerte sur les bienfaits de la lecture sur notre cerveau
02:33
CYMES_245300
Michel Cymes
Animateur

À l'approche des vacances, je voudrais inciter tous les auditeurs de RTL à se mettre - ou se remettre - à la lecture. Si on regarde les statistiques globales, a priori il n'y a de quoi s'affoler : neuf Français sur dix ont eu un livre entre les mains au cours de l'année écoulée.

Mais quand on rentre dans le détail, ça se gâte : on s'aperçoit que plus d'un Français sur trois ne lit jamais, ou lit moins de quatre livres dans l'année. C'est évidemment insuffisant, parce que la lecture est excellente pour la santé - notamment pour le cerveau.

Grâce à l'imagerie médicale, on a désormais une petite idée de ce qui se passe dans le cerveau d'un lecteur. On s'est aperçu que pendant une séance de lecture, le nombre de connexions neuronales augmente dans deux régions du cerveau. D'abord celle du cortex temporal gauche (c'est là que s'opère la réceptivité de la langue) ; ensuite dans la région associée aux représentations sensorielles venant du corps.

Quand on lit, cela demande un minimum d'attention et de concentration. Le cerveau augmente donc son activité (c'est mécanique). Le meilleur moyen de l'entretenir, c'est de le faire fonctionner. La lecture est un excellent moyen de le maintenir en alerte. D'autant que ses effets s'inscrivent dans la durée.

Lecture imprimée vs lecture web

À lire aussi

Plusieurs expériences ont montré (toujours grâce à l'imagerie) qu'une fois que vous avez refermé un livre, votre cerveau, lui, continue sur sa lancée. On garde en tête ce qu'on vient de lire : ça fait fonctionner l'imagination, ça remplit la boîte à souvenirs, bref ça renforce la connectivité neuronale. C'est de cela que je veux convaincre les auditeurs, parce qu'on lit de moins en moins, notamment chez les jeunes.

Ceux-là vous diront qu'ils lisent toute la journée sur Internet ? C'est le mauvais argument. Il y a lire une page sur le web et lire une page imprimée. La lecture d'une page Internet fait travailler les régions du cerveau liées à la prise de décision ou la résolution de problèmes. Je ne dis pas que c'est mauvais, mais que c'est hors sujet.

Une page imprimée sollicite les aires du langage, de la mémoire et du traitement visuel, qui sont des zones cérébrales qu'il ne faut surtout pas laisser en jachère. En plus la lecture sur Internet est souvent fragmentaire, parfois polluée par des images, voire de la musique. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/