1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Michel Cymes : "L'herpès, un virus à fort potentiel de sournoiserie"
2 min de lecture

Michel Cymes : "L'herpès, un virus à fort potentiel de sournoiserie"

ÉDITO - C'est sans doute l'un des virus les mieux partagés par les Français, même s'ils ne sont pas forcément au courant.

Michel Cymes : "L'herpès, un virus à fort potentiel de sournoiserie"
02:24
Michel Cymes : "L'herpès, un virus à fort potentiel de sournoiserie"
02:26
Michel Cymes & Loïc Farge

Dans la famille des virus à fort potentiel de sournoiserie, celui de l'herpès figure en bonne position. Il y a à cela deux raisons. D'abord quand vous contractez le virus, c'est pour la vie. Il s'installe dans votre organisme. Vous pouvez faire tout ce que vous voulez, vous n'arriverez pas à le déloger. "J'y suis, j'y reste" est un peu sa devise. Seconde raison : vous pouvez avoir le virus de l'herpès et ne pas le savoir. En France, quelque 10 millions de personnes ont des lésions. Mais ce sont 40 millions de personnes - soit trois Français sur cinq - qui sont infectées. Elles sont donc potentiellement contagieuses, mais n'ont pas reçu de faire-part leur annonçant la nouvelle.

Comment avoir la certitude qu'on est à l'abri du virus ? Si vous n'avez jamais fait de crise, la seule manière d'en avoir le cœur net est d'en passer par un test sérologique. En revanche, si vous avez déjà eu un bouton de fièvre, vous avez un herpès labial. Après, le pire n'étant jamais sûr, il se peut que le virus vous fiche une paix royale.

Tous inégaux face au virus

Rien n'est garanti : nous sommes tous inégaux face au virus de l'herpès. Certaines personnes sont relativement épargnées. Mais d'autre le voient resurgir avec une régularité de métronome, le plus souvent en période de stress ou de grande fatigue. Quand c'est le cas, il y a un minimum de précautions à prendre. Évitez de serrer la main de vos amis (a fortiori de les embrasser comme du bon pain), oubliez les relations sexuelles, n'humidifiez pas vos lentilles avec de la salive (disposez d'une serviette qui servira à sécher vos lèvres) et (c'est le plus difficile, car ça brûle et ça démange) ne tripotez pas le bouton de fièvre.

Si après avoir touché un bouton de fièvre votre main se rapproche de votre sexe, vous vous exposez à un herpès génital, et accessoirement à une scène de ménage. Car il peut s'écouler des années entre le jour de la contamination et le déclenchement de la crise.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/