3 min de lecture Santé

Maladie de Kawasaki : qu'est ce que cette maladie que certains lient au Covid-19 ?

ÉCLAIRAGE - Des chercheurs européens étudient certains cas d'enfants atteints par une maladie rare découverte dans les années 60.

Des soignantes britanniques pendant la crise du coronavirus
Des soignantes britanniques pendant la crise du coronavirus Crédit : OLI SCARFF / AFP
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

Le coronavirus peut-il déclencher la maladie de Kawasaki chez les enfants ? C'est l'inquiétude qui vient occuper des pédiatres européens et plus encore les familles à quelques semaines de la rentrée des classes, après l'émergence de plusieurs cas en parallèle de la pandémie du Covid-19. 

Il s'agit d'une maladie infantile rare et mal connue mais elle peut être être redoutable. Elle a été découverte au Japon dans les années 60 et c'est le pédiatre Tomisaku Kawasaki qui a donné son nom à ce trouble immunologique aussi appelé "syndrome lympho-cutanéo-muqueux" qui touche les artères. Lorsqu'elle se déclare chez l'enfant, les premiers symptômes n'alertent pas forcément les parents. Ces symptômes sont une fièvre modérée qui résistent néanmoins à la plupart des médicaments, des maux de tête, une langue framboisée et des lèvres plus rouges et fissurées que la normale ou encore des éruptions cutanées. Des symptômes qui peuvent appartenir à toute une autre famille d'infections et rendent particulièrement difficile le diagnostic. 

Pour l'heure le lien entre le Covid-19 et la maladie de Kawasaki est loin d'être établi. Il s'agit simplement d'une piste étudiée par certains chercheurs. Il y a eu récemment quelques descriptions dans des pays européens d'enfants atteints de ce syndrome inflammatoire, mais "ça semble vraiment rare", a affirmé Maria Van Kerkhove, une experte de l'OMS. L'organisation a néanmoins appelé les autorités sanitaires à lui faire remonter d'éventuels cas qui seraient constatés dans d'autres pays. Mais "la vaste majorité des enfants atteints du Covid-19 n'ont qu'une légère infection et s'en remettent complètement", a insisté son collègue Michael Ryan, tenant ainsi à "rassurer les parents".

Quelques cas en France

Sur l'ensemble des hôpitaux parisiens, cela représente "à peu près une vingtaine d'enfants", indique Damien Bonnet, chef de service de cardiologie pédiatrique à l'hôpital Necker enfants malades. "Selon mes collègues français, il y en a d'autres ailleurs", ajoute-t-il, en soulignant toutefois que leur nombre dans l'absolu "reste limité". Le premier cas a été admis dans son hôpital "il y a trois semaines" et "ça s'est accéléré depuis environ 8 jours".

À lire aussi
Une personne se fait vacciner (illustration) Coronavirus France
Coronavirus : les résidents des Ehpad doivent être vaccinés en premier, selon la HAS

La plupart des enfants touchés par ces nouveaux symptômes s'éloignent de la cible classique de la maladie de Kawasaki qui a une préférence pour les très jeunes enfants entre 6 mois et 5 ans et d'origine japonaise (124/100.000 personnes au Japon contre entre 8 et 67/100.000 personnes dans le reste du monde). Les patients accueillis et traités à travers le monde en ce moment sont plutôt des adolescents notent les médecins qui n'hésitent pas à évoquer la piste d'une toute nouvelle maladie. Certains ont été testés positifs au Covid-19 et d'autres non. 

Un grand taux de guérison

D'où vient cette maladie ? Cette maladie de Kawasaki est restée très longtemps un mystère pour les médecins. Ces troubles semblaient liées à une première infection hivernale couplée à un terrain génétique qui favorisait cette inflammation généralisée. D'autres chercheurs ont analysé une cause plus environnementale comme un champignon local dont les spores portés par les vents dans cette partie de l'Asie provoquaient cette maladie chez les enfants. 

La maladie de Kawasaki connaît, dans la grande majorité des cas, une évolution positive chez les patients avec un retour à la normale après 2 ou 3 semaines. Seuls 0,5% à 2,8% des malades meurent de ce syndrome. Le chiffre baisse à 0,17% lorsque les enfants sont traités pour cette maladie. D'autres patients doivent vivre sur le long terme avec la maladie qui impacte leur système cardiaque et immunitaire. Des anévrismes, infarctus ou la fameuse tempête de cytokines (cette sur-réaction inflammatoire qui fait aussi parler d'elle pour le coronavirus) peuvent se déclencher. 

Les traitements sont variés et doivent être naturellement supervisés par une équipe soignante bien au fait des publications en la matière. Des échographies régulières du cœur permettent de s'assurer la bonne route de ces traitements, que cela soit une simple cure d’aspirine, des intraveineuse d'immunoglobulines ou l'utilisation de certains corticoïdes. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Sciences Coronavirus
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants