1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. "L'allaitement n'est pas une alternative à la vaccination", prévient Michel Cymes
1 min de lecture

"L'allaitement n'est pas une alternative à la vaccination", prévient Michel Cymes

REPLAY - L'obligation vaccinale est souvent remise en cause par des croyances de plus en plus fantaisistes.

Une femme en train d'allaiter un bébé
Une femme en train d'allaiter un bébé
Crédit : I Stock
L'allaitement n'est pas une alternative à la vaccination, prévient Michel Cymes
02:42
"L'allaitement n'est pas une alternative à la vaccination", prévient Michel Cymes
02:44
Michel Cymes & Loïc Farge

Tous les moyen sont bons, dans l'esprit de certains irréductibles, pour échapper à la vaccination qui a (rappelons encore une fois) fait ses preuves. C'est, par exemple, grâce à elle qu'une maladie comme la variole a été éradiquée. L'une des croyances les plus répandues consiste à dire qu'à partir du moment où une femme allaite son enfant, elle lui transmet ses anticorps et qu'en conséquence le bébé n'a pas besoin d'être vacciné. C'est évidemment une fumisterie.

Attention, nous ne disons pas que l'allaitement ne sert à rien. Au contraire, il est bon pour la santé de l'enfant. D'ailleurs, l'Organisation mondiale de la santé le conseille. Mais faire croire que l'allaitement protège durablement contre le tétanos, la polio, la diphtérie ou la coqueluche, c'est se moquer du monde.

Certes la transmission d'une forme d'immunité de la mère au nourrisson existe. Mais primo, elle se fait moins par l'allaitement que par le placenta (pendant la grossesse). Secundo, il faut que la mère soit elle-même bien protégée (donc avec des vaccins à jour). Tertio, ses effets sont limités dans le temps (très rapidement, la protection diminue). Tous ceux qui défendent la vaccination le disent, le reconnaissent et en tiennent compte.

Tout le génie des anti-vaccins consiste à opposer la vaccination à l'allaitement comme si l'une et l'autre étaient équivalents et interchangeables. Quand on présente les choses de façon aussi binaire, on flirte avec les sommets de la malhonnêteté intellectuelle. D'ailleurs du côté de l'OMS, on milite aussi bien pour le vaccin que pour l'allaitement. On ne manque pas une occasion de rappeler que l'allaitement, s'il était généralisé, permettrait de sauver quelque 800.000 vies dans le monde, notamment dans les pays en voie de développement. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/