1 min de lecture Santé

Journée mondiale de l'asthme : comment bien traiter la maladie ?

INVITÉE RTL - Sophie Silcret-Grieu, allergologue, présente les nombreuses formes que peut prendre l'asthme et les réflexes à adopter pour les personnes concernées.

RTL Petit Matin - Julien Sellier L'invité de RTL Petit Matin Julien Sellier
>
Journée mondiale de l'asthme : comment bien traiter la maladie ? Crédit Image : AFP | Crédit Média : Stéphane Carpentier | Durée : | Date : La page de l'émission
Carpentier-795x530
Stéphane Carpentier

L'asthme est une maladie plus répandue qu'on ne le croit. Plus de 4 millions de Français sont asthmatiques, soit 6,7 % de la population et 9 % des enfants. Chez 60 % des personnes concernées, la maladie n'est pas bien contrôlée. À l'occasion de la Journée mondiale de l'asthme, mardi 2 mai, l'allergologue parisienne Sophie Silcret-Grieu, membre du conseil d'administration de l'association Asthme et Allergies, dispense quelques conseils au micro de RTL.

"Il y a beaucoup de gens concernés", affirme la docteure, avant de poursuivre : "Chez ces allergiques, on s'inquiète beaucoup de voir qu'ils ne consultent pas toujours et que ça peut évoluer vers des choses plus compliquées que ce qu'on pense. "Elle déplore surtout le fait que certains mettent des années avant de se faire traiter : "On appelle ça l'errance thérapeutique, qui est en moyenne de sept ans pendant lesquels les gens ne se soignent pas ou se soignent ponctuellement et surtout ne diagnostiquent pas les complications éventuelles de leurs allergies."

On a l'impression que l'asthme, c'est la grosse crise, l'étouffement. Ce n’est pas toujours ça.

Sophie Silcret-Grieu
Partager la citation

Sophie Silcret-Grieu insiste également sur les formes variées que peut prendre l'asthme : "On a l'impression que l'asthme, c’est la grosse crise, l'étouffement, mais ce n'est pas toujours ça. Ça peut être une petite toux, des petits sifflements. Ça peut être des signes vraiment minimes, en particulier chez l’enfant : c'est parfois simplement une toux nocturne qui récidive."

Par ailleurs, la docteure explique que certaines mesures doivent être prises une fois le diagnostique révélé : suivre sont traitement, "faire contrôler son souffle (...) par un examen de mesure de la fonction respiratoire", "connaître ses facteurs déclenchants pour les éviter" et "toujours avoir son traitement de secours à portée de main" sont autant de précautions à prendre impérativement. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Maladie Médecine
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants