1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Les Franjynes, l'alternative aux perruques pour les femmes malades
1 min de lecture

Les Franjynes, l'alternative aux perruques pour les femmes malades

La perte des cheveux est une épreuve difficile pour de nombreuses femmes atteintes d'un cancer. C'est pourquoi Julie Meunier a lancé Les Franjynes pour leur proposer une alternative aux perruques traditionnelles.

Le système comporte une frange de cheveux synthétique tenue par un turban
Le système comporte une frange de cheveux synthétique tenue par un turban
Crédit : Capture d'écran Instagram/ Les Franjynes
Franjynes, l'alternative aux perruques pour les femmes malades
02:35
Bénédicte Tassart & La rédaction numérique de RTL

"Nous sommes des sœurs de combat". C'est de ce constat qu'est né Les Franjynes, une entreprise qui vient en aide aux femmes atteintes d'un cancer. Sa fondatrice Julie Meunier vient de remporter le prix Rose de l'entrepreneuse. Rien ne prédestinait cette ancienne juriste à se lancer dans entrepreneuriat. Artiste dans l'âme, Julie Meunier envisageait de devenir tatoueuse. 

Le déclic a lieu en 2015. Atteinte d'un cancer du sein de grade III, elle subit 24 chimios, 2 opérations et 40 séances de radiothérapie. Par ailleurs, la jeune femme ne supporte pas de porter des perruques, la plupart la grattant et lui donnant chaud. Elle décide alors de poser une petite frange de cheveux synthétiques sur son crâne nu, le tout caché par un turban. 

Un système ingénieux que Julie Meunier veut développer. Elle essuie plusieurs déceptions, les banques refusant de lui prêter les 30.000 euros nécessaires à son projet. Faute de financements, elle se tourne vers un site de financement participatif. Le succès est immédiat. Aujourd'hui, les Franjynes ont déjà envoyé 25 000 commandes en France et en Europe et un showroom a été inauguré à Nice. 

Des turbans made in Belgique

Comptez 80 à 120 euros pour la frange et le turban. Bien que le prix puisse paraître élevé, l'invention de Julie Meunier est remboursable par la Sécurité sociale. De plus, les cheveux synthétiques sont fabriqués à partir d'une fibre haut-de-gamme. Le turban est lui composé d'un tissu thermo-régulant, qui absorbe la transpiration. Il est confectionné en Belgique par des femmes malades en réinsertion. 

À écouter aussi

Sept modèles de turban et neuf de franges sont disponibles sur le site internet de Les Franjynes. De plus, des tutos indiquent différentes façons de nouer le turban. Bien que le succès soit au rendez-vous pour Les Franjynes, Julie Meunier ne compte pas s'arrêter là. Elle souhaite se développer aux États-Unis parce que le cancer n'a pas de frontière.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/