1 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : "On est très loin de l'immunité collective", dit le Pr Mégarbane

INVITÉ RTL - Le professeur Bruno Mégarbane, chef du service de réanimation médicale et toxicologique de l’hôpital Lariboisière à Paris fait le point sur son service et la deuxième vague de l'épidémie.

Thomas Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Coronavirus : "On est très loin de l'immunité collective", dit le Pr Mégarbane Crédit Image : Gautier Delhon-Bugard / RTL | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Carpentier-795x530
Stéphane Carpentier édité par William Vuillez

Alors que Martin Hirsch, directeur de l'AP-HP alertait ce vendredi matin, sur les dangers d'une deuxième vague de l'épidémie qui s'annonce "redoutable", le professeur Bruno Mégarbane était l'invité de RTL ce vendredi soir. Depuis son service de réanimation médicale et toxicologique de l’hôpital Lariboisière à Paris, le médecine a confirmé "un rebond épidémique avec une augmentation progressive et constante du nombre de patients".

"Le problème n'est pas tellement une arrivée massive de patients présentant des formes graves de Covid-19, que la concomitance de ce rebond épidémique avec les problèmes hivernaux habituels", a-t-il prévenu. "On ne s'attend pas du tout à une arrivée massive comme en mars ou avril. Ici ça va être une montée progressive mais très étalée dans le temps", ajoute-t-il.

Jean Castex a annoncé un mois de novembre très dur, mais selon le professeur Mégarbane, "il n'y aura pas que le mois de novembre malheureusement, il y aura les mois de décembre, janvier et février. On se prépare à une course de fond".

"3 ans et demi" pour atteindre l'immunité collective

Le chef du service de réanimation de l’hôpital Lariboisière à Paris a réagi au nombre de cas croissant de Covid-19 en France, qui atteignait près de 42.000 ce jeudi. "Même si le chiffre paraît très élevé, il est encore en deçà de ce qu'on a eu lors du pic de mars-avril", a-t-il nuancé. "Quel que soit ce nombre, on est très loin de l'immunité collective. À ce rythme-là, il faudrait attendre 3 ans et demi. 3 ans et demi à ce rythme de stress, je crois que ce n'est pas la solution qu'il faut privilégier", poursuit le professeur Mégarbane.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Paris Hôpitaux
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants